Cancer de la prostate : la curiethérapie en moins de 24h

Une première curiethérapie sur cancer de la prostate vient d’être effectuée auprès d’un patient arrivé le matin et reparti le soir même chez lui par l’équipe lyonnaise du service de radiothérapie oncologie du Centre Hospitalier Lyon-Sud des HCL. Depuis cette première réussite, un autre patient a bénéficié de la même prise en charge et d’autres curiethérapies ambulatoires suivront rapidement. Une opportunité pour les patients atteints d’un cancer de la prostate qui peuvent désormais bénéficier d’un traitement en une journée !
Une première curiethérapie sur cancer de la prostate vient d’être effectuée auprès d’un patient arrivé le matin et reparti le soir même chez lui par l’équipe lyonnaise du service de radiothérapie oncologie du Centre Hospitalier Lyon-Sud des HCL. Depuis cette première réussite, un autre patient a bénéficié de la même prise en charge et d’autres curiethérapies ambulatoires suivront rapidement. Une opportunité pour les patients atteints d’un cancer de la prostate qui peuvent désormais bénéficier d’un traitement en une journée !
La curiethérapie, nouvelle déclinaison de la chirurgie ambulatoire
En France et par habitude le patient atteint du cancer de la prostate et traité par curiethérapie reste 3 jours et 2 nuits à l’hôpital pour une intervention qui dure en moyenne 1h30 à 2h. « Un séjour pas toujours justifié » selon le Pr Olivier Chapet, chef de service de radiothérapie à Lyon-Sud. Désormais, le patient réalise lui-même, à son domicile, les préparations préalables à son intervention (habituellement réalisés à l’hôpital la veille). La sonde urinaire est également retirée immédiatement à la sortie du bloc
 « Avant la première intervention en ambulatoire, nous avions expérimenté ce protocole 6 mois avec une surveillance des patients la nuit suivant l’intervention. Aucun problème n’a été enregistré. » précise le Pr Chapet.
Tout patient traité par curiethérapie peut désormais profiter de cette prise en charge d’une journée, à  condition qu’il réside à moins de 100km de l’hôpital, qu’il soit accompagné à sa sortie et durant sa première  nuit à l’extérieur »
La curiethérapie ? 
Une échographie par voie rectale permet une reconstruction en 3D de la prostate. Guidé par cette  reconstitution, le radiothérapeute insère des aiguilles par le périnée afin de déposer dans la prostate  de minuscules grains remplis d’iode 125 (une substance radioactive d’une durée de vie de 2 mois  environ) qui vont détruire le cancer. La curiethérapie est réservée aux cancers peu développés qui se  limitent à l’intérieur de la prostate sans rayonnement alentour. Cette méthode permet une  récupération rapide, ne donne quasiment jamais de fuite urinaire et fait partie des traitements donnant les meilleurs résultats en termes de conservation de la fonction sexuelle. 
Cette démarche répond à la volonté du Ministère de la Santé de développer l’activité chirurgicale ambulatoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.