Cancer de la prostate : traitement par ultrasons focalisés

Plus d'intervention chirurgicale pour traiter le cancer de la prostate... c'est le rêve des patients ! Un rêve désormais possible dans les cas de tumeurs localisées, grâce à un nouveau traitement par ultra-sons focalisés de haute intensité. Les principaux avantages sont la diminution du risque de lésion des organes de voisinage, l'absence d'intervention chirurgicale ou d'irradiation, et l'hospitalisation brève, puisque le traitement est réalisable sous anesthésie locorégionale en une seule session.

Plus d’intervention chirurgicale pour traiter le cancer de la prostate… c’est le rêve des patients ! Un rêve désormais possible dans les cas de tumeurs localisées, grâce à un nouveau traitement par ultra-sons focalisés de haute intensité. Les principaux avantages sont la diminution du risque de lésion des organes de voisinage, l’absence d’intervention chirurgicale ou d’irradiation, et l’hospitalisation brève, puisque le traitement est réalisable sous anesthésie locorégionale en une seule session.

L’utilisation de l’Ablatherm © est également possible pour les récidives locales, par exemple après radiothérapie… Les ultrasons se propagent à travers la paroi rectale et sont focalisés sur la partie atteinte de la prostate par l’intermédiaire d’une sonde endorectale. La chaleur intense provoque la destruction du tissu à l’intérieur de la zone ciblée. Le traitement dure 1 à 3 heures et peut être réalisé sous anesthésie loco régionale.

Cette nouvelle arme mini-invasive, est le fruit de la collaboration de plus de 10 ans entre le service d’urologie de CHU, l’INSERM et d’un partenaire industriel français.

Le CHU de Nancy s’est engagé dans cette nouvelle technologie depuis mai 2003, et une dizaine de patients ont été traités avec succès. Cela n’a pas échappé au Jury des Victoires de la Médecine, qui a nominé cette technique dans son palmarès 2003.

Responsable de l’équipe
Professeur Philippe MANGIN
Service d’urologie
CHU Nancy- Brabois
54500 Vandoeuvre- les Nancy
E-mail:p.mangin@cerrep.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.