Cancer de l’enfant: Perlacolor, un collier pour témoigner

Perlacolor c’est le beau projet de toute l’équipe d’oncologie pédiatrique porté par Delphine Consani, éducatrice de jeunes enfants au CHU de Nantes

Le collier Perlacolor, c’est le beau projet de toute l’équipe d’oncologie pédiatrique porté par Delphine Consani, éducatrice de jeunes enfants au CHU de Nantes.
Une perle pour un scanner, une autre pour la première rencontre avec les clowns ou une troisième pour une cure de chimio. Le collier Perlacolor raconte l’histoire de la maladie de l’enfant, ce qu’il vit, ce qu’il a traversé, ce qu’il a réussi à faire et toutes les étapes de son traitement matérialisées par des perles.
Perlacolor a été lancé dans le service en mai 2018. «C’est une véritable aide thérapeutique, l’enfant se rend compte du chemin parcouru et du traitement qui avance, le collier le rend visible et donne un sens à ce qu’il vit, témoigne Delphine Consani. Il lui offre un moyen de communiquer sur sa maladie et de prendre le contrôle de situations plus ou moins difficiles qu’il a vécues. L’enfant témoigne de son parcours avec fierté, il voit ce qu’il a accompli, se sent plus en confiance et il est encouragé pour faire face aux soins à venir»

60 colliers réalisés et autant de parcours de jeunes patients symbolisés

Depuis mai 2018, ce sont environs 60 colliers qui ont été réalisés par toute l’équipe et autant de perles enfilées par les enfants ou les parents, symboles de toutes ces étapes franchies.
Perlacolor c’est aussi une logistique et une organisation pour les équipes du service d’oncologie pédiatrique. Il a fallu identifier les étapes du parcours de l’enfant et donc les perles correspondantes, les commander, les organiser, les stocker afin de créer pour chaque nouveau patient un collier unique.
Le collier est donné à l’enfant au diagnostic, c’est la première perle à côté de celles de son prénom. «L’objectif est que l’enfant nous réclame sa perle après chaque soin ou étape, qu’il puisse en parler, mettre des mots sur ses soins»,  explique Delphine Consani.
Depuis mai 2018, chaque nouveau patient a son collier. Perlacolor a aussi été demandé par les anciens patients présents dans le service au moment du lancement de cette belle initiative haute en perles et en couleurs !
A savoir: 
Cette initiative a été adaptée d’un concept déjà existant dans plus de 140 hôpitaux pédiatriques dans le monde (dont deux en France) et amenée au CHU de Nantes par un de ses médecins de retour du Royal Hospital en Australie. Perlacolor est financé par l’association LEAF (Leucémie, Espoir Atlantique Famille).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.