Cancer des enfants : 5 CHU conjuguent leurs énergies

Les centres de référence d'oncohématologie pédiatrique des CHU de Besançon, Dijon, Nancy, Reims et Strasbourg se sont rapprochés pour organiser une filière de soins opérationnelle dès le mois de septembre 2010 baptisé « GE-HOPE » (Grand Est - Hémato Oncologie Pédiatrique). Objectifs de cette initiative placée sous l'égide de l'Institut National du Cancer : répondre avec une plus grande efficacité et une meilleure réactivité aux demandes de soins face aux cancers chez l'enfant et l'adolescent de 0 à 18 ans.

Les centres de référence d’oncohématologie pédiatrique des CHU de Besançon (Pr Pierre Simon Rohrlich), Dijon (Dr Gérard Couillault), Nancy (Pr Pascal Chastagner), Reims (Dr Martine Munzer) et Strasbourg (Pr Patrick Lutz) se sont rapprochés pour organiser une filière de soins opérationnelle dès le mois de septembre 2010 baptisé « GE-HOPE » (Grand Est – Hémato Oncologie Pédiatrique). Objectifs de cette initiative placée sous l’égide de l’Institut National du Cancer : répondre avec une plus grande efficacité et une meilleure réactivité aux demandes de soins face aux cancers chez l’enfant et l’adolescent de 0 à 18 ans.

Concrètement la mise en place de cette nouvelle filière de soins va permettre chaque année
– de décider du traitement d’environ 250 patients
– de réaliser 30 autogreffes et 25 allogreffes de Cellules Souches Hématopoïétiques
– d’offrir des possibilités supplémentaires de faire participer les patients à des thérapeutiques innovantes (essais de phase I-II).
La pierre angulaire de cette organisation est l’organisation de Réunions de Concertation Pluridisciplinaires interrégionales hebdomadaires par le biais de webconférences. Grâce à l’échange d’informations, la mise en commun des compétences et la décision thérapeutique prise de façon exhaustive pour tous les patients, par tous les spécialistes rassemblés au cours de ces rencontres, c’est l’ensemble de la prise en charge de ces pathologies qui sera amélioré dans le Grand Est.

Chaque centre hospitalier conserve la prise en charge diagnostique. Les traitements de chimiothérapie sont administrés là où sont hospitalisés les jeunes patients sauf en cas d’indications de thérapeutiques innovantes où ils seront réorientés vers des établissements habilités à en faire. De la même façon pour la radiothérapie à moins que la spécialité requise ne soit accessible que dans un autre centre du Grand Est. La chirurgie reste également pratiquée dans chaque CHU avec cependant des domaines spécialisés :
– la neurochirurgie à Nancy et Strasbourg
– l’orthopédie à Besançon, Nancy et Strasbourg
Les allogreffes seront réalisées à Besançon, Nancy et Strasbourg.

La gestion de cette filière interrégionale relève du Groupement de Coopération Sanitaire Grand Est actuellement administré par la direction du CHU de Dijon et chaque année un bilan du fonctionnement de « GE-HOPE » sera adressé à l’Institut National du Cancer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.