Cancer : des équipements high tech pour un meilleur diagnostic des patients

Deux tomographes par émission de positons (TEP) seront en service dans le courant du 2ème trimestre 2012 sur le site du CHU de Poitiers, dans un nouveau bâtiment appelé « GIE Positon Poitou-Charentes ». Ces équipements sont synonymes de diagnostics précoces et plus précis et de meilleure surveillance pour les patients souffrant de tumeurs pulmonaires, digestives (de l’œsophage au canal anal), lymphoïdes (lymphomes malins, maladie de Hodgkin), pancréatiques et ORL, mais aussi de tumeurs plus rares tels que, par exemple, glioblastomes, mélanomes, cancers des testicules, plèvre, sarcomes osseux ; les tumeurs visibles par le TEP représentent environ 70% des cancers.

Deux tomographes par émission de positons (TEP) seront en service dans le courant du 2ème trimestre 2012 sur le site du CHU de Poitiers, dans un nouveau bâtiment appelé « GIE Positon Poitou-Charentes ». Ces équipements sont synonymes de diagnostics précoces et plus précis et de meilleure surveillance pour les patients souffrant de tumeurs pulmonaires, digestives (de l’œsophage au canal anal), lymphoïdes (lymphomes malins, maladie de Hodgkin), pancréatiques et ORL, mais aussi de tumeurs plus rares tels que, par exemple, glioblastomes, mélanomes, cancers des testicules, plèvre, sarcomes osseux ; les tumeurs visibles par le TEP représentent environ 70% des cancers.
Particularité de l’installation : son mode d’exploitation sous forme de Groupement d’intérêt économique. Fondé en 2004, le « GIE Positon Poitou-Charentes » associe le CHU et la société Scintigraphie du Centre d’imagerie du Poitou représentant les professionnels de santé libéraux. Les deux partenaires assument à parts égales les investissements, les charges d’exploitation, la gestion du personnel médical et paramédical. Quant aux plages d’examens, elles sont réparties de manière équitable entre les équipes médicales du public et du privé. Actuellement 2 500 poitevins ont déjà bénéficié de cet examen médico-technique effectué dans le cadre du GIE.
La pose de la première pierre du bâtiment s’est déroulée le 29 septembre 2011 en présence des administrateurs Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers  et le docteur Philippe Chartier, Président du Centre d’imagerie du Poitou, d’Alain Claeys, député-maire et président du conseil de surveillance du CHU de Poitiers, et de François-Emmanuel Blanc, directeur de l’Agence régionale de santé Poitou-Charentes.
L’investissement s’élève à 5 millions d’euros au total dont 3,5 millions d’euros pour les équipements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.