Cancer : don de 325 000€ remis par Sport et Collection pour la recherche poitevine

L’association Sport et Collection qui, depuis 25 ans, organise le célèbre rassemblement de « 500 Ferrari contre le cancer » vient de remettre un chèque de 325 000€ au CHU de Poitiers. Ce don participe au financement de trois projets de recherche ciblant les cancers des voies biliaires, du cerveau et du sang.

L’association Sport et Collection qui, depuis 25 ans, organise le célèbre rassemblement de « 500 Ferrari contre le cancer » vient de remettre un chèque de 325 000€ au CHU de Poitiers. Ce don participe au financement de trois projets de recherche ciblant les cancers des voies biliaires, du cerveau et du sang. 

La recherche poitevine contre le cancer

Présentation des trois projets soutenus par Sport et Collection 
Cancer des voies biliaires : le projet HOPE pour extra Hepatic cholangiocarcinoma and Palliative electroporation porté par le  professeur Jean-Pierre Tasu reçoit 60 000 €.
Le cholangiocarcinome infiltrant est une tumeur qui se développe dans la paroi des voies biliaires, canaux du foie excrétant la bile. C’est un cancer dont le seul traitement curatif est la chirurgie. Malheureusement, en raison de l’envahissement local, celle-ci n’est possible que dans 30% des cas. Le projet HOPE (pour extra Hepatic cholangiocarcinoma and Palliative electroporation) propose d’évaluer la faisabilité de la destruction par électroporation de cette tumeur pour les patients non opérables. Le protocole comprend le traitement sous guidage scanner de la tumeur et son suivi. Il s’agit d’une étude de phase II, incluant 10 patients, cherchant à démontrer la faisabilité de la technique et à évaluer ses éventuelles complications.
Cancer du cerveau :  Projet METACEB de caractérisation des cellules souches et non souches des métastases cérébrales de tumeurs solides et de leur tumeur primitive porté par le professeur Lucie Karayan-Tapon est doté de 50 000 €.
Environ 25% des cancers sont susceptibles de donner des métastases au niveau du cerveau et leur apparition est un élément pronostique péjoratif. L’objectif de notre projet est d’étudier la dissémination des cellules cancéreuses vers le cerveau afin d’améliorer la prise en charge thérapeutique des patients. Les cellules souches cancéreuses sont une sous population cellulaires malignes qui sont considérées comme étant à l’origine du processus tumoral, de la dissémination métastatique, mais sont aussi responsables de la résistance aux traitements oncologiques. L’étude propose de caractériser les cellules souches des métastases cérébrales afin de mieux comprendre leurs mécanismes de dissémination au cerveau, de résistance aux thérapies actuelles et de mettre en évidence de nouvelles cibles thérapeutiques.
 • Cancer du sang : une étude prospective sur l’analyse des lymphocytes T innés comme biomarqueurs prédictifs d’un succès d’arrêt des inhibiteurs de tyrosine kinase dans la leucémie myéloïde chronique, porté par le professeur André Herbelin obtient 67 000 €.
La leucémie myéloïde chronique (LMC) est un cancer du sang touchant les cellules de la moelle osseuse, à l’origine de la production des globules blancs chargés de protéger l’organisme contre les agents infectieux. Il existe un traitement de chimiothérapie qui entraîne une rémission chez près de 90% des patients mais il a des effets secondaires et reste coûteux. On sait que la moitié des personnes arrêtant le traitement rechute tandis que l’autre moitié non. L’équipe de Pr Herbelin a identifié un nouveau type de globules blancs aux propriétés anti-tumorales. Le but est de découvrir s’il constitue un marqueur cellulaire prédictif de succès d’arrêt de traitement dans la LMC. Les résultats pourraient guider la décision de la bonne opportunité d’arrêter définitivement ou pas le traitement de la LMC.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.