Cancer du col de l’utérus et effets des hormones sur le sein

Les 25 et 26 mai à La Baule, les assises nationales de gynécologie se pencheront particulièrement sur la prévention du cancer du col de l'utérus et la réalité des effets de certaines hormones sur le sein.

Les 25 et 26 mai à La Baule, les assises nationales de gynécologie se pencheront particulièrement sur la prévention du cancer du col de l’utérus et la réalité des effets de certaines hormones sur le sein.

Co-organisées par la société française de gynécologie et la fédération nationale des collèges de gynécologie médicale, les assises nationales de gynécologie qui se déroulent cette année à La Baule se consacrent à deux sujets d’une brûlante actualité qui seront approfondis au cours de nombreuses conférences.

Cancer du col de l’utérus : la prévention comme objectif prioritaire
Comment prévenir les 3 300 nouveaux cancers du col de l’utérus et les 1 000 décès annuels ? Cette question sera au centre d’un grand débat auquel participeront les auteurs de l’Institut national du cancer. En effet, si des progrès importants ont été réalisés dans le traitement du cancer du col de l’utérus, chaque diagnostic de cancer invasif repose la question de l’efficacité du dépistage des lésions précancéreuses et la prévention représente un objectif prioritaire. L’évolution de la technique de réalisation des frottis cervicaux, comme la recherche de virus HPV sont-elles des solutions d’amélioration réelle de ce dépistage ? La vaccination représente-t-elle vraiment un progrès thérapeutique majeur, et que penser des recommandations de la Direction générale de la santé ?

Effet sur le sein de certaines hormones
Régulièrement, les médias soulignent de façon caricaturale les risques de certaines hormones sur le sein. Différents intervenants exposeront les arguments médicaux nécessaires à une prescription adaptée et à une information éclairée des patientes.

Les assises nationales de gynécologie sont ouvertes à tous les gynécologues. Elles se déroulent au centre des congrès Atlantia à La Baule les 25 et 26 mai 2007.

Renseignements
Tél : 01 34 51 29 85 – Fax : 01 34 51 29 86
jpcomb@wanadoo.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.