Cancer du pancréas : de nouvelles raisons d’espérer grâce à la biothérapie ciblée

L’efficacité d’une biothérapie ciblée dans le traitement de cancers du pancréas développés à partir des cellules endocrines (ou cellules sécrétant des hormones) a été démontrée dans le cadre d'un essai thérapeutique mené par le Pr Patricia Niccoli (Réseau RENATEN) et le Dr Laetitia Dahan responsables médicaux des tumeurs endocrines digestives dans le service d’oncologie digestive de la Timone dirigé par le Pr Jean-François Seitz. Les résultats de cette étude ont été publiés en février 2011 dans le prestigieux New England Journal of Médecine.

L’efficacité d’une biothérapie ciblée dans le traitement de cancers du pancréas développés à partir des cellules endocrines (ou cellules sécrétant des hormones) a été démontrée dans le cadre d’un essai thérapeutique mené par le Pr Patricia Niccoli (Réseau RENATEN) et le Dr Laetitia Dahan responsables médicaux des tumeurs endocrines digestives dans le service d’oncologie digestive de la Timone dirigé par le Pr Jean-François Seitz. Les résultats de cette étude ont été publiés en février  2011 dans  le prestigieux New England Journal of Médecine.
 L’action du médicament – un inhibiteur de tyrosine kinase – se fait à l’intérieur de la cellule pour bloquer l’angiogenèse (développement de nouveaux vaisseaux sanguins par bourgeonnement à partir de vaisseaux existants) et la prolifération cellulaire. Ce médicament réduit le risque de progression tumorale de prés de 60% et il vient d’obtenir une extension de l’autorisation de mise sur le marché aux cancers endocrines du pancréas. 
Le service d’oncologie digestive de la Timone a été particulièrement actif dans le développement de cette nouvelle molécule en se plaçant 2éme centre recruteur mondial dans le cadre de cette étude internationale. La publication des résultats dans cette célèbre revue scientifique anglo-saxonne  est une reconnaissance pour l’expertise et la qualité de la prise en charge des différents services hospitalo-universitaires de l’AP-HM impliqués dans les tumeurs endocrines. Notamment l’équipe du service d’oncologie digestive de la Timone dirigé par le Pr Jean-François Seitz et celle du Pr  Florence Duffaud dans le cadre du suivi des carcinomes endocrines extra-digestifs. 
Rappelons que l’AP-HM est un acteur majeur dans le développement de nouvelles thérapies ou de nouvelle stratégies notamment en cancérologie. En 2009, 250 essais cliniques avec des médicaments ou des instruments développés par l’industrie étaient en cours sur le site de l’AP-HM représentant plus de 1 000 patients inclus. Parmi les domaines les plus étudiés nous retrouvons les tumeurs digestives avec 50 essais cliniques réalisés. Ces essais permettent de proposer aux malades un accès précoce aux innovations thérapeutiques : nouvelles molécules, nouvelles stratégies, techniques innovantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.