Cancer du pancréas et du foie : Paris propose un diagnostic en 24h

A l'instar de la recherche médicale contre le cancer, l'organisation du parcours diagnostique du patient se fait plus performante. Spécialisé dans les maladies de l’appareil digestif, l'hôpital Beaujon de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris propose un diagnostic rapide du cancer du pancréas et du foie (Hepatic or Pancreatic Evaluation = HOPE). Cette offre s’adresse à toute personne présentant une tumeur qui vient d’être détectée lors d’une consultation chez son médecin ou à la suite d’un examen d’imagerie.
A l’instar de la recherche médicale contre le cancer, l’organisation du parcours diagnostique du patient se fait plus performante. Spécialisé dans les maladies de l’appareil digestif, l’hôpital Beaujon de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris propose un diagnostic rapide du cancer du pancréas et du foie (Hepatic or Pancreatic Evaluation = HOPE). Cette offre s’adresse à toute personne présentant une tumeur qui vient d’être détectée lors d’une consultation chez son médecin ou à la suite d’un examen d’imagerie.
Innovation diagnostique majeure, le centre HOPE réalise en une seule journée et en un seul lieu, tous les examens nécessaires (bilan sanguin, scanner, IRM) au diagnostic d’une tumeur bénigne ou cancéreuse du foie et du pancréas. Les patients porteurs d’une tumeur dont ils ignorent la gravité vivent une situation d’angoisse extrême et le fait de disposer rapidement d’une réponse experte réduira le temps de stress et d’errance. A l’issue de la journée d’examens, les patients seront vus en consultation. Le spécialiste commentera les résultats et exposera sur les suites à envisager.
Diagnostic en 1 jour : une approche pluridisciplinaire
Le parcours est organisé entre tous les spécialistes : radiologue digestif, chirurgien et spécialiste médical du foie et du pancréas, biologiste, anatomo-pathologiste. Dès la fin de cette journée, un diagnostic précis est posé et est communiqué au patient. Il permet d’envisager très rapidement une biopsie si elle est indiquée, et en cas de diagnostic de cancer, de mettre immédiatement en place un programme de traitement adapté.
Pourquoi un tel centre ? 
Plusieurs arguments plaident pour une prise en charge diagnostique et thérapeutique précise et rapide des tumeurs du foie et du pancréas, effectuée dans un centre expert : 
Les tumeurs du foie sont très fréquentes. Certaines tumeurs bénignes s’observent dans 5 à 10% de la population. Ce sont des kystes ou des angiomes qui sont le plus souvent reconnus facilement mais peuvent aussi avoir des présentations plus complexes nécessitant une grande expertise et la réalisation d’examens biologiques et d’imagerie sophistiqués pour aboutir au diagnostic (IRM, TEP scanner, échographie de contraste…). Il peut s’agir de tumeurs bénignes plus rares comme l’hyperplasie nodulaire focale et de l’adénome de diagnostic plus difficile, dont la fréquence est de 0,03% de la population mais beaucoup plus élevée chez la femme jeune. Il peut enfin s’agir de tumeurs malignes (cancer) dont la fréquence est en augmentation.
Ces tumeurs malignes sont soit primitives (naissant dans le foie et généralement associées à une maladie préexistante du foie) ou secondaires (métastases hépatiques) qui peuvent précéder le diagnostic du cancer primitif. Ainsi le carcinome hépatocellulaire (le plus fréquent des cancers primitifs) est devenu la 2ème cause de mortalité par cancer dans le monde.
– Les tumeurs du pancréas présentent une large gamme de lésions solides et kystiques dont le potentiel évolutif va de la bénignité totale à un risque métastatique important. Le diagnostic de tumeur du pancréas est donc très anxiogène ;
le diagnostic de cancer du pancréas peut être porté à tort dans 5 à 10% des cas, ce qui expose à une chirurgie inutile, qui plus est associée à un risque de morbi-mortalité et des séquelles fonctionnelles ;
– à l’inverse, la présentation de certains cancers peut être trompeuse, avec alors un risque de retard diagnostique et de perte de chance pour le patient ; 
– enfin, même en cas de présentation évocatrice et de diagnostic clair, il faut souvent une confirmation histologique rapide du cancer pour débuter la chimiothérapie, ou traiter rapidement les symptômes (en particulier l’ictère) afin de limiter l’altération de l’état général en vue de la chirurgie ou de la chimiothérapie. 
Comment se déroule le diagnostic en 1 jour ?
Le centre de diagnostic rapide des cancers du foie et du pancréas de l’hôpital Beaujon fonctionne comme un hôpital de jour où les explorations radiologiques sont complétées en fonction des examens préalables, associées aux dosages de marqueurs tumoraux, et interprétées dans le cadre d’une discussion multidisciplinaire (gastroentérologue, radiologue et chirurgien). 
Quel parcours pour le patient ?
Les patients sont accueillis par une infirmière puis vus en consultation médicale avec un hépato-gastro-entérologue puis avec les autres spécialistes (chirurgien, radiologue).
Les examens complémentaires jugés nécessaires sont réalisés au même étage pour les examens radiologiques (IRM, scanner, échographie) et sur place pour les examens biologiques (prélèvements sanguins). Les résultats des examens sont disponibles en quelques heures.
Une fois les examens réalisés, les patients sont revus par les médecins spécialistes et une synthèse est faite de façon collégiale. Le chirurgien ou le médecin spécialiste reçoit le patient et lui explique le diagnostic posé. Si une intervention chirurgicale est indiquée, une consultation avec l’anesthésiste est réalisée si possible le jour même, et un rendez-vous opératoire est fixé dans le mois qui suit. Les patients quittent le centre avec un compte-rendu des examens réalisés ainsi qu’une prise en charge si celle-ci est nécessaire. Ce compte-rendu est adressé au médecin du patient. 
Cette prise en charge sera bientôt complétée par la possibilité d’effectuer dès le lendemain une biopsie par voie radiologique ou endoscopique et, si nécessaire, un geste d’endoscopie interventionnelle.
Avec l’ouverture du centre HOPE, l’hôpital Beaujon s’inscrit dans les recommandations européennes et internationales qui préconisent une prise en charge précoce dans un centre d’expertise à « haut volume » par une équipe multidisciplinaire. Dans les tumeurs du foie et du pancréas, la prise en charge dans un centre expert permet de traiter le patient de façon optimale et d’obtenir de meilleurs résultats. 
Comment prendre rendez-vous ?
Les patients sont adressés par leur médecin traitant (généraliste, hépato-gastroentérologue ou chirurgien digestif) avec un courrier et un bilan d’imagerie a minima (scanner)
Contact au 01 40 87 58 88 ou href= »mailto:accueil-hope.beaujon@aphp.fr ». Un rendez-vous (un lundi ou un jeudi) est donné sous quelques jours.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.