Cancer du pancréas : l’efficacité du Nanoknife à l’étude au CHU de Poitiers

Le CHU de Poitiers lance une étude unique en France pour confirmer les bons résultats du Nanoknife dans le traitement du cancer du Pancréas. En 2012, le CHU de Poitiers s’est doté d’un équipement d’exception* d’un montant de 240 000 euros qui utilise l’électroporation pour cibler et détruire les tumeurs. Le traitement consiste à envoyer un courant de très fort voltage et de courte durée sur les cellules cancéreuses. Son principal atout est de respecter les structures nobles (artères, veines, nerfs…) et de ne pas détruire les tissus environnants, un plus par rapport aux méthodes de destruction des tumeurs par la chaleur ou le froid comme la radiofréquence et la cryoablation. Forte de cette expertise, l’équipe poitevine va approfondir ses bons résultats en conduisant Irecap**, une étude clinique
Le CHU de Poitiers lance une étude unique en France pour confirmer les bons résultats du Nanoknife dans le traitement du cancer du Pancréas. En 2012, le CHU de Poitiers s’est doté d’un équipement d’exception* d’un montant de 240 000 euros qui utilise l’électroporation pour cibler et détruire les tumeurs. Le traitement consiste à envoyer un courant de très fort voltage et de courte durée sur les cellules cancéreuses. Son principal atout est de respecter les structures nobles (artères, veines, nerfs…) et de ne pas détruire les tissus environnants, un plus par rapport aux méthodes de destruction des tumeurs par la chaleur ou le froid comme la radiofréquence et la cryoablation. Forte de cette expertise, l’équipe poitevine va approfondir ses bons résultats en conduisant Irecap**, une étude clinique visant à évaluer l’efficacité de ce traitement novateur sur certains types de cancer du pancréas. Depuis son lancement, l’étude a inclus 13 patients.
Cette recherche est conduite sous l’égide des professeurs Jean-Pierre Tasu, Michel Carretier et David Tougeron et le Dr Guillaume Vesselle. Elle permettra de préciser à quelles conditions cette nouvelle voie thérapeutique représente une alternative avantageuse à la chirurgie ou aux méthodes de thermoablation. 

Des critères d’inclusion stricts

Dans le protocole Irecap, les patients inclus viennent de toute la France, Poitiers étant le seul centre en France à disposer d’un Nanoknife dédié au pancréas. Sont éligibles les patients avec des lésions localement avancées, non opérables et non métastatiques. Les contre-indications à respecter sont l’existence de troubles du rythme cardiaque, d’épilepsie, de port de neurostimulateur ou d’un matériel d’électrostimulation et de grossesse notamment.
Une fois le patient inclus dans Irecap, le protocole est le suivant : après une chimiothérapie de trois mois, un bilan d’imagerie complet est réalisé. « Si la maladie est stable et sans progression métastatique, alors la termoporation est effectuée. » L’objectif de cette étude de phase II est d’évaluer le taux de résection complète après électroporation de malades qui étaient non opérables. En effet, à ce jour, le seul traitement de l’adénocarninome du pancréas reste la chirurgie.

Une méthode porteuse d’espoir

« C’est une technique assez difficile à mettre en œuvre, explique le Pr Tasu. Le placement des aiguilles (six au maximum) se fait sous contrôle par scanner. Toutes doivent avoir la même profondeur et la même distance entre elles, le placement se fait au millimètre. Les aiguilles entourent la cible tumorale, définissant la zone de traitement. L’anesthésie doit être très profonde, avec une curarisation complète du patient afin qu’il n’y ait aucune contraction musculaire. La durée totale d’une électroporation, anesthésie incluse, peut atteindre quatre heures. »
Des effets secondaires de l’électroporation sont possibles : douleurs abdominales et dorsales, pancréatite biologique, troubles du transit essentiellement et des complications plus graves ont été observées (pancréatite nécrosante, perforation d’organes digestifs par exemple).
A ce jour, treize patients, d’une moyenne d’âge de 59 ans, ont été inclus dans le protocole d’étude Irecap. Le taux d’échec technique est nul. « Les premiers résultats semblent encourageants. Nous allons peut-être avoir un gain en termes de survie sur une population sélectionnée, même si les résultats définitifs ne sont pas encore connus. Cette méthode, en association avec d’autres en cours d’élaboration comme l’immunothérapie, est porteuse d’espoir », pointe le Pr Tasu.
* Le financement a été possible grâce au soutien de Sport et Collection
https://www.reseau-chu.org/article/cancer-le-sport-automobile-soutient-la-recherche-poitevine-depuis-23-ans/
**Irecap est l’acronyme d’électroporation irréversible dans le traitement de l’adénocarcinome du pancréas localement avancé
D’après un article publié dans la Lettre d’information du CHU de Poitiers N° 293 –  1er février 2018

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.