Cancer du poumon : une simple prise sang remplace la biopsie

Etablir un diagnostic, affiner le traitement, accéder à des thérapies ciblées plus efficaces, la biopsie de la tumeur ou d’une de ses métastases a longtemps été considérée comme une pièce maîtresse du traitement. Mais ce geste restait complexe, invasif et douloureux surtout quand il était pratiqué de manière répétée, particulièrement chez des patients fragiles et/ou âgés. De plus, l’échantillon prélevé était parfois de trop petite taille pour permettre des analyses moléculaires approfondies. Grâce aux nouvelles techniques de biologie moléculaire, élaborées par le CHU de Lyon, il est désormais possible de retrouver de petites quantités de fragments d’ADN de la tumeur dans le sang.
Etablir un diagnostic, affiner le traitement, accéder à des thérapies ciblées plus efficaces, la biopsie de la tumeur ou d’une de ses métastases a longtemps été considérée comme une pièce maîtresse du traitement. Mais ce geste restait complexe, invasif et douloureux surtout quand il était pratiqué de manière répétée, particulièrement chez des patients fragiles et/ou âgés. De plus, l’échantillon prélevé était parfois de trop petite taille pour permettre des analyses moléculaires approfondies. Grâce aux nouvelles techniques de biologie moléculaire, élaborées par le CHU de Lyon, il est désormais possible de retrouver de petites quantités de fragments d’ADN de la tumeur dans le sang. Pour certains cancers du poumon, les équipes du CHU de Lyon repèrent désormais dans une simple prise de sang certaines mutations et sont capables d’analyser les caractéristiques du cancer en évitant au patient une nouvelle biopsie : c’est la biopsie liquide.
Pour que chaque patient de la région bénéficie de cette innovation, un réseau de prescripteurs a été déployé en Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis novembre 2015, près de 120 prélèvements issus de cancer du poumon ont été pris en charge par les HCL dont la moitié proviennent des établissements publics et privés hors HCL.
Ce projet a reçu le financement Innov’RA 2016 du Cancéropôle Régional CLARA. Outre le cancer du poumon, cette biopsie du futur devrait bientôt être indiquée dans la plupart des cancers. Actuellement, elle est testée dans les tumeurs neuroendocrines et les cancers du côlon.
La biopsie liquide a été conçue dans le cadre du projet CIRCAN (CIRculating CANcer) 
Portée par le CHU de Lyon, CIRCAN veut accélérer le transfert entre la recherche sur les biomarqueurs circulant du cancer et leur utilisation en pratique. Ce programme innovant dispose de moyens de séquençage de nouvelle génération, de techniques de PCR digitale, d’un personnel spécialement formé. Il s’appuie sur les compétences d’un conseil scientifique multidisciplinaire. L’initiative est soutenue par l’Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon. CIRCAN a récemment conclu un partenariat exclusif en France avec une société américaine pour la mise à disposition de la méthode de biologie moléculaire appelée PCR (Réaction en Chaîne par Polymérase) digitale optimisée (BEAMing). La livraison de l’automate est prévue fin avril 2016.
Définition
La biopsie
est un prélèvement chirurgical d’un fragment de tissu ou d’organe à des fins d’examens médicaux. Elle est indiquée en cas de suspicion de cancer ou, quand le cancer est avéré, pour connaître son évolution. La biopsie peut être effectuée au moyen d’une aiguille, par frottis, ou par endoscopie sur tout type de tissu humain.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.