Cancer du rein : Angers invente une nouvelle chirurgie pour réduire les risques, 1ère mondiale

Les équipes du CHU d’Angers ont réalisé la 1ère néphrectomie (ablation) partielle du rein avec occlusion hypersélective des vaisseaux irriguant la tumeur par voie endovasculaire. Cette avancée angevine porte à 103 le nombre de premières mondiales signées par les CHU de France ! L’intervention d’une durée d’environ une heure et demie au lieu des trois à quatre heures nécessaires habituellement, s’est déroulée dans la nouvelle salle hybride de l’établissement. Le patient qui a bénéficié de cette technique novatrice, a pu sortir 2 jours après l’intervention sans aucune complication hémorragique, sa santé est tout à fait satisfaisante. Explications…
Les équipes du CHU d’Angers ont réalisé la 1ère néphrectomie (ablation) partielle du rein avec occlusion hypersélective des vaisseaux irriguant la tumeur par voie endovasculaire. Cette avancée  angevine porte à 103 le nombre de premières mondiales signées par les CHU de France ! L’intervention d’une durée d’environ une heure et demie au lieu des trois à quatre heures nécessaires habituellement, s’est déroulée dans la nouvelle salle hybride de l’établissement. Le patient qui a bénéficié de cette technique novatrice, a pu sortir 2 jours après l’intervention sans aucune complication hémorragique, sa santé est tout à fait satisfaisante. Cette technique a permis de réduire les pertes sanguines, les douleurs post-opératoires et la durée d’hospitalisation. Explications…
La chirurgie rénale : une opération délicate
Retirer une tumeur sur un rein est une pratique courante mais toujours délicate à cause de l’afflux important de sang dans cet organe. Réalisée sous cœlioscopie, l’intervention consiste à introduire des « pinces » à travers de petites incisions cutanées, sans ouvrir la paroi abdominale afin de prélever une partie du rein (néphrectomie partielle). Pour limiter l’afflux de sang pendant cette incision, le chirurgien clampe l’artère reliée au rein en pinçant le principal vaisseau sanguin qui alimente l’organe. Cette interruption momentanée peut faire souffrir le rein ; prolongée, elle peut provoquer des anomalies parfois définitives de la fonction rénale. Une fois la tumeur retirée, le chirurgien suture les petits vaisseaux qui irriguaient jusqu’alors les tissus. Cette étape complexe nécessite fréquemment de faire basculer la coelioscopie vers une chirurgie à ciel ouvert, avec une incision dans l’abdomen. Pour résoudre cette problématique récurrente, les Dr Pierre Bigot, de l’équipe du Professeur Abdel-Rahmene Azzouzi (chirurgie urologique) et Dr Antoine Bouvier de l’équipe du Professeur Christophe Aubé (radiologie interventionnelle) du CHU d’Angers ont mutualisé leurs expertises et imaginé une solution thérapeutique inédite à l’échelle mondiale.
Dévasculariser une partie du rein avant l’ablation de la tumeur
Cette technique s’effectue en deux temps au cours d’une seule et même intervention de néphrectomie rénale. Juste avant l’ablation de la tumeur, le radiologue interventionnel cathétérise l’artère rénale puis embolise, de l’intérieur, les vaisseaux sanguins alimentant la tumeur, tout en respectant les autres vaisseaux. Ainsi, seule la partie du rein à extraire sera dévascularisée. Le chirurgien ne touche pas à l’artère rénale. Le reste du rein continue d’être vascularisé, l’organe est préservé de façon optimale et le risque hémorragique est maîtrisé.
Ce n’est qu’après cette occlusion sélective des vaisseaux irriguant la tumeur que son ablation est effectuée.
Cette technique a été rendue possible grâce à la salle hybride du CHU d’Angers et à sa très haute qualité d’imagerie. Pour ces gestes un travail de fusions des images scanner est réalisé en amont, afin de repérer les vaisseaux à emprunter. Des images radiologiques 3D permettent au radiologue interventionnel d’effectuer une cartographie artérielle du rein et un repérage optimal de la tumeur.
« Ce que nous demandent les patients c’est de régler ce cancer du rein avec le moins ou pas d’effets secondaires, c’est l’objectif ! Et on ne peut le réaliser qu’avec toutes les expertises possibles » précise le Professeur Abdel-Rahmene Azzouzi (chirurgie urologique).
Cancer du rein : chiffres clés 
– 12 000 tumeurs rénales découvertes par an en France ; un chiffre qui augmente de 3% par an.
– 40 à 50 % des chirurgies rénales sont des ablations partielles du rein (néphrectomie partielle). Dans les autres cas, le rein doit
être complètement retiré.
– 1/5 de la quantité de sang circulant dans le corps passe par les reins à chaque battement de cœur.
– 400 ml de sang sont perdus, en moyenne, lors d’une néphrectomie partielle traditionnelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.