Cancer du sang : nouveau traitement testé avec succès

Une équipe de chercheurs et de médecins français, associant l'AP-HP, le CNRS, l'Inserm ainsi que les Universités Pierre et Marie Curie et Paris-Est Créteil Val de Marne, a mis au point une nouvelle approche de thérapie cellulaire pour des patients atteints de cancer et en échec thérapeutique : l'injection de lymphocytes préalablement manipulés afin d'augmenter leur activité anticancéreuse. Les résultats de l'essai clinique évaluant la sécurité et l'efficacité de ce nouveau traitement s'avèrent très positifs. Ces travaux, publiés dans la revue Science Translational Medicine, ouvrent des perspectives thérapeutiques importantes en cancérologie.

Une équipe de chercheurs et de médecins français, associant l’AP-HP, le CNRS, l’Inserm ainsi que les Universités Pierre et Marie Curie et Paris-Est Créteil Val de Marne, a mis au point une nouvelle approche de thérapie cellulaire pour des patients atteints de cancer et en échec thérapeutique : l’injection de lymphocytes préalablement manipulés afin d’augmenter leur activité anticancéreuse. Les résultats de l’essai clinique évaluant la sécurité et l’efficacité de ce nouveau traitement s’avèrent très positifs. Ces travaux, publiés dans la revue Science Translational Medicine, ouvrent des perspectives thérapeutiques importantes en cancérologie.

Un grand nombre de maladies cancéreuses de la moelle osseuse et du sang, comme les leucémies ou les lymphomes par exemple, peuvent être soignés de façon efficace en remplaçant totalement la moelle osseuse du patient atteint par celle d’un donneur sain. Ce traitement correspond à ce que l’on appelle une « greffe de moelle osseuse », plus généralement dénommée aujourd’hui « greffe de cellules souches sanguines ». Le donneur peut être soit un membre de la famille du patient soit, de plus en plus souvent aujourd’hui, un donneur volontaire sans lien familial avec le patient. Des cellules provenant du cordon ombilical peuvent aussi être utilisées dans ce type d’approche. Actuellement, en incluant tous ces types de donneurs possibles, près de 1 500 greffes de cellules souches sanguines sont effectuées en France par an.

L’effet anticancéreux de ce type de greffe repose d’une part sur le remplacement complet de la moelle osseuse malade par celle du donneur mais aussi sur l’injection, au moment de la greffe, de cellules immunitaires provenant de ce même donneur. En effet, ces cellules – et en particulier celles qu’on appelle les lymphocytes – ont dans certaines conditions la capacité d’éliminer les cellules cancéreuses du patient. Malheureusement, trop souvent, la maladie cancéreuse n’est pas totalement contrôlée par la greffe.

Une équipe française a mis au point avec succès une nouvelle approche de thérapie cellulaire adaptée à une population de patients en échec thérapeutique. Celle-ci repose sur l’injection de lymphocytes préalablement manipulés afin d’augmenter leur activité anticancéreuse. Cette manipulation consiste à éliminer spécifiquement une fraction des lymphocytes injectés – les T-régulateurs – car ils inhibent l’activité anticancéreuse des autres lymphocytes.

Les résultats de l’essai clinique évaluant la sécurité et l’efficacité de cette nouvelle thérapie cellulaire sont très positifs. « Cet essai clinique est le premier succès mondial de thérapie cellulaire reposant sur la manipulation d’une population de cellules que l’on appelle les T régulateurs » indique le Dr José Cohen, responsable scientifique de l’essai. Le traitement a été très bien toléré et un tiers des 17 patients traités ont répondu au traitement alors qu’ils n’avaient plus d’autres options thérapeutiques.

Ces travaux ouvrent des perspectives thérapeutiques importantes et les équipes travaillent déjà à des améliorations de la préparation cellulaire qui devraient augmenter encore l’effet thérapeutique. «Bien entendu, il s’agit ici de résultats préliminaires, résultats qui demandent maintenant à être confirmés sur une cohorte plus large de patients. Mais d’ores et déjà, notre étude démontre pour la première fois que l’élimination des T régulateurs représente une nouvelle approche thérapeutique qui n’ajoute pas d’effets secondaires à la greffe, qui libère le système immunitaire et lui permet d’éliminer des cellules cancéreuses chez le patient. Cette stratégie représente à notre avis une nouvelle arme dans l’arsenal thérapeutique pour traiter les cancers du sang» précise le Dr Sébastien Maury de l’hôpital Henri Mondor (AP-HP), investigateur-coordinateur de l’essai clinique.

« Le bénéfice potentiel des transfusions de lymphocytes après greffe est connu depuis une quinzaine d’années mais est resté longtemps inégal et aléatoire. La déplétion en T régulateurs constitue une avancée considérable dans la potentialisation de leur effet, la compréhension de leur mécanisme d’action, et dans le bénéfice attendu par des patients en impasse thérapeutique après greffe » ajoute le Pr Catherine Cordonnier, chef du service d’Hématologie Clinique de l’hôpital Henri Mondor. Par ailleurs, pour le Pr David Klatzmann, co-investigateur de l’essai et chef du service de Biothérapie du Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, « ces travaux ont une portée plus générale pour le traitement du cancer et notamment des tumeurs solides. Dans le cadre d’un essai clinique promu par l’AP-HP avec le Pr Hannoun, chef du service de chirurgie et hépato-bilio-pancréatique à la Pitié-Salpêtrière, nous étudions actuellement l’élimination de ces mêmes lymphocytes T régulateurs dans le traitement des métastases hépatiques des cancers colorectaux ».

Ces résultats ont pu être obtenus grâce à une étroite collaboration entre des chercheurs et des médecins français spécialisés en transplantation, en cancérologie et en biothérapie au sein de deux hôpitaux (Henri Mondor et Pitié-Salpêtrière) de l’AP-HP. La grande implication combinée du CNRS, de l’Inserm et des Universités Pierre et Marie Curie (UPMC) et Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC) a aussi été déterminante pour la conduite de ces travaux qui ouvrent des perspectives nombreuses à la fois en cancérologie et dans le domaine de la transplantation.

D’après une communication conjointe AP-HP/CNRS/UPMC/UPEC/Inserm

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.