Cancer du sein : 1ère reconstruction mammaire microchirurgicale par DIEP en Haute-Normandie

Rouen célèbre « Octobre rose » à sa manière, en offrant une nouvelle alternative aux femmes ayant subi une mastectomie suite à un cancer du sein. Le 8 octobre 2013, l'équipe de Chirurgie Plastique du CHU a reconstruit un sein de manière microchirurgicale par DIEP. L’intervention consiste à prélever la peau et la graisse du ventre -comme on l'enlève dans une plastie abdominale à visée esthétique- mais AVEC les vaisseaux qui les irriguent. Ces petits vaisseaux sanguins de 2mm de diamètre sont coupés et rebranchés à l'aide d'un microscope sur des vaisseaux du thorax pour refaire un sein avec les propres tissus de la patiente.

Rouen célèbre « Octobre rose » à sa manière, en offrant une nouvelle alternative aux femmes ayant subi une mastectomie suite à un cancer du sein. Le 8 octobre 2013, l’équipe de Chirurgie Plastique du CHU a reconstruit un sein de manière microchirurgicale par DIEP. L’intervention consiste à prélever la peau et la graisse du ventre -comme on l’enlève dans une plastie abdominale à visée esthétique- mais AVEC les vaisseaux qui les irriguent. Ces petits vaisseaux sanguins de 2mm de diamètre sont coupés et rebranchés à l’aide d’un microscope sur des vaisseaux du thorax pour refaire un sein avec les propres tissus de la patiente. Le sein reconstruit appartient à la patiente de manière définitive puisque ce sont ses propres tissus, c’est un sein vivant. Il n’y a pas de prothèse mammaire, pas de réintervention majeure une fois la reconstruction effectuée mais un sein naturel. Cette opération est une 1ère en Haute-Normandie. Seule une dizaine de centres en France proposent cette technique.
Le Service de Chirurgie Plastique du CHU est désormais en mesure de proposer un très large éventail de techniques de reconstruction adaptées à chaque situation pour chaque patiente. Le but est de réduire les séquelles du cancer avec la meilleure reconstruction possible. Il ne faut pas considérer uniquement le cancer du sein mais la femme qui a eu ce cancer, en adaptant la technique de reconstruction à sa morphologie et à ses souhaits. La reconstruction microchirurgicale par lambeau D.I.E.P. vient compléter la palette des techniques de reconstruction mammaire proposées au CHU : avec prothèse ou par apport de tissus prélevés sur la patiente.
Le DIEP (Deep Inferior Epigastric Perforator Flap), technique délicate et complexe, nécessitant une formation spécifique
Sous l’impulsion des Pr. Milliez et Auquit-Auckbur, le CHU-Hôpitaux de Rouen a permis au Dr. Coquerel-Béghin et au Dr. Lievain de se former dans des centres de références français reconnus pour la reconstruction mammaire, en finançant leurs stages d’échanges universitaires.
Le service de chirurgie plastique du CHU a également recruté le Dr. Lepivert, venant de Bordeaux. Le Dr. Lievain s’est formé pendant 6 mois à l’hôpital Georges Pompidou (Paris) auprès de l’équipe du Pr. Lantieri (connu pour les greffes de visage), qui a popularisé la technique en France dans les années 2000.
Un travail d’équipe
Le DIEP est une technique exigeante, qui ne peut être effectuée que dans les équipes habituées à la microchirurgie. C’est un travail d’équipe : l’équipe chirurgicale doit être composée de microchirurgiens et d’infirmières rompus à cette chirurgie de précision et à la surveillance postopératoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.