Cancer du sein : acquisition d’un nouveau mammographe numérique

Dans le Nord – Pas-de-Calais, la moitié des patientes bénéficient d'un dépistage organisé avec double lecture. Or 50% n'est pas un taux de participation suffisant pour diminuer la mortalité du cancer du sein, il faudrait atteindre les 70%. L'Hôpital Jeanne de Flandre, établissement agréé vient d'acquérir un nouveau mammographe numérique avec stéréotaxie. Cet équipement de référence en sénologie améliore la qualité et l'organisation du diagnostic (précision, transmission d'images, diagnostic assisté par ordinateur) et devrait inciter un plus grand nombre de patientes à se faire suivre.

Dans le Nord – Pas-de-Calais, la moitié des patientes bénéficient d’un dépistage organisé avec double lecture. Or 50% n’est pas un taux de participation suffisant pour diminuer la mortalité du cancer du sein, il faudrait atteindre les 70%. L’Hôpital Jeanne de Flandre, établissement agréé, vient d’acquérir un nouveau mammographe numérique avec stéréotaxie. Cet équipement de référence en sénologie améliore la qualité et l’organisation du diagnostic (précision, transmission d’images, diagnostic assisté par ordinateur) et devrait inciter un plus grand nombre de patientes à se faire suivre.

A partir de 50 ans, les femmes doivent réaliser tous les 2 ans une mammographie ; recommandation phare du programme de dépistage organisé du cancer du sein, lancé en 2004 sous l’impulsion du ministère de la Santé, avec l’Assurance Maladie, les Conseils Généraux et le soutien de la Ligue contre le Cancer.

Hébergé dans les locaux entièrement rénovés du Centre de Sénologie situé dans le secteur de l’Imagerie de la Femme à l’Hôpital Jeanne de Flandre, cet équipement permet une prise en charge complète de très grande qualité pour toute la pathologie mammaire de la femme, mais aussi de l’adolescente.

Les atouts du mammographe numérique

Le mammographe numérique avec stéréotaxie sert comme son prédécesseur au dépistage du cancer des femmes de plus de 50 ans. Il permet également une meilleure prise en charge des femmes plus jeunes suivies plus précocement en raison de facteurs de risque familiaux de cancer du sein, des femmes ménopausées prenant un traitement hormonal, ou des femmes porteuses de prothèses mammaires. Plus ergonomique, il est également beaucoup moins irradiant que l’ancienne génération de mammographe.

Par ailleurs, doté de la stéréotaxie numérique et d’un système d’archivage, cet équipement permet la réalisation des différents examens sur place (mammographie, échographie, biopsie, répérage). Les macrobiopsies réalisées sous contrôle échographique ou mammographique permettent un diagnostic pré-opératoire très précis, voire même une exérèse complète de certaines lésions bénignes, évitant un geste chirurgical dans certains cas.

L’archivage des données numériques de l’ensemble des examens réalisés facilite un suivi optimal des patientes dans le temps.

Imagerie de la Femme– Centre de Sénologie – 03 20 44 46 47

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.