Cancer du sein : DIEP, une technique de reconstruction mammaire bientôt développée à l’HEGP

Octobre rose offre à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris l’occasion de présenter le Deep Inferior Epigastric Perforator flap, dit DIEP, nouvelle technique de reconstruction mammaire réalisée durant la même intervention que l’ablation du sein. Les femmes pourront bénéficier de cette chirurgie réparatrice, à l’Hôpital européen Georges-Pompidou, dès janvier 2012.

Octobre rose offre à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris l’occasion de présenter le Deep Inferior Epigastric Perforator flap, dit DIEP, nouvelle technique de reconstruction mammaire réalisée durant la même intervention que l’ablation du sein. Les femmes pourront bénéficier de cette chirurgie réparatrice, à l’Hôpital européen Georges-Pompidou, dès janvier 2012.
Le DIEP : une technique microchirurgicale de reconstruction mammaire par autogreffe qui ne laisse pas de séquelle. Une fois la mastectomie effectuée, l’équipe prélève un peu de peau, de graisse, des artères et veines sur la patiente ; ces tissus vont alimenter son nouveau sein. Les résultats obtenus sont très naturels, la cicatrice est cachée au bas ventre mais cette intervention reste la plus lourde des techniques de reconstruction mammaire.
Pour soutenir le développement de cette technique, l’AP-HP et l’Hôpital européen Georges-Pompidou, créent une nouvelle activité de chirurgie plastique et reconstructrice. Placée sous la responsabilité du Pr Laurent Lantieri, auteur en 2010 de la première greffe mondiale totale de la face et des paupières, l’unité ouvrira en janvier 2012. La première année 200 patientes sont attendues. L’objectif est d’augmenter à terme la proportion de femmes dont le sein sera reconstruit par DIEP, et de permettre dans certains cas, selon les indications médicales et thérapeutiques, une prise en charge en ambulatoire.

Cette unité sera également dotée d’un centre de soin et d’un pôle d’enseignement et de recherche d’excellence dédié notamment au sein. Elle interviendra en complémentarité avec les équipes de l’HEGP spécialisées dans la prise en charge de reconstructions mammaires post-cancer, la greffe de mains en lien avec SOS Mains, la recherche sur la greffe de larynx dans le cadre d’un plateau technique moderne et adapté.
En facilitant l’accès aux techniques chirurgicales complexes et innovantes et  en proposant des modes de prise en charge personnalisée pour accompagner l’après-cancer, l’AP-HP apporte une réponse originale et performante aux orientations définies dans le cadre du plan cancer 2009-2013.

Prévalence du cancer du sein chez la femme

En 2010, 52 500 nouveaux cas de cancer du sein ont été détectés, mais si leur nombre augmente, par contre la mortalité par cancer du sein diminue. Ces progressions s’expliquent par le dépistage organisé qui conduit à des diagnostics plus précoces et par l’amélioration des traitements disponibles. Parmi les 15 000 femmes qui subissent une ablation du sein seulement 5 000 d’entre elles bénéficient d’une restructuration mammaire, et 70% des reconstructions proposées utilisent des techniques avec prothèse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.