Cancer du sein : petite révolution dans la détection des métastases

Depuis le mois de mai 2008, le service d'Anatomie et Cytologie Pathologiques du CHU de St-Etienne utilise une technique innovante et encore peu développée en France pour la détection des métastases des carcinomes mammaires au niveau du ganglion sentinelle. Il s'agit d'un test de biologie moléculaire en extemporanée : OSNA (One step Nucleic Acid Amplification).

Depuis le mois de mai 2008, le service d’Anatomie et Cytologie Pathologiques du CHU de St-Etienne utilise une technique innovante et encore peu développée en France pour la détection des métastases des carcinomes mammaires au niveau du ganglion sentinelle. Il s’agit d’un test de biologie moléculaire en extemporanée : OSNA (One step Nucleic Acid Amplification).

L’utilisation de cette technique en routine, limitée pour le moment à moins de trois structures hospitalières et centres anti-cancéreux en France, a succédé à une phase d’apprentissage et à une étude multicentrique à laquelle le CHU de Saint-Etienne a activement participé.

Le bénéfice pour la patiente atteinte d’un cancer du sein est considérable. Lors de l’ablation du ganglion sentinelle, le service d’Anatomie et Cytologie Pathologiques effectue immédiatement une analyse par biologie moléculaire du prélèvement. Trente minutes après, le chirurgien qui a poursuivi l’opération au niveau du sein reçoit les résultats. Si les résultats sont positifs (métastase ganglionnaire), l’intervention chirurgicale est prolongée avec l’ablation des autres ganglions (curage axillaire).
La patiente n’a plus à attendre une quinzaine de jours pour connaître les résultats de la première intervention ni à subir une 2e opération. Cela signifie beaucoup de stress et un acte chirurgical invasif en moins !

« Même si le temps d’analyse est un peu plus long que les examens extemporanés classiques, cela permet pendant ce temps de réaliser la tumorectomie et une analyse plus fine des marges, aussi le bénéfice pour les patientes est indéniable » s’est félicité le Dr Ahmad Mehdi, chirurgien gynécologue dans le service de Gynécologie Obstétrique du Pr Pierre Seffert.

« Depuis l’utilisation de ce test en routine en mai 2008, 24 patientes ont pu éviter un rappel pour curage axillaire à distance garantissant ainsi une meilleure prise en charge » nous a indiqué le Dr Abir Khaddage, anatomo-pathologiste en charge des examens de pièces gynécologiques.

Le service partage son expérience de l’innovation
En février dernier, le Pr Michel Peoc’h, chef du service d’Anatomie et Cytologie Pathologiques et le Dr Abir Khaddage ont accueilli des professionnels de santé, chirurgien et anatomo-pathologiste intéressés par l’implémentation d’OSNA dans leurs pratiques.
Le but de la visite était de rencontrer les différentes équipes impliquées par cette modification dans la prise en charge des patientes atteintes d’un cancer du sein et devant subir une intervention chirurgicale avec exérèse du ganglion sentinelle axillaire, et de rendre compte de l’impact organisationnel tant pour les anatomo-pathologistes que pour les chirurgiens. Ainsi, l’analyse d’un ganglion sentinelle a pu être réalisée en temps réel et il a été démontré la simplicité et facilité du test, et sa réalisation relativement rapide en une trentaine de minutes, par une équipe de médecins et de techniciens bien entrainés.

Par ailleurs, le service du Pr Michel Peoc’h a présenté cette nouvelle technique lors des plus grands congrès mondiaux traitant de pathologies mammaires (notamment 2008 à Berlin et 2009 à Saint-Gallen).

Bien entendu le service d’Anatomie et Cytologie Pathologiques souhaite poursuivre cette technique et acquérir l’appareil qui lui permet désormais de vérifier l’existence de métastases ganglionnaires du carcinome mammaire en temps réel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.