Cancer en Picardie : toutes les forces mobilisées au Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC)

Pour accompagner les patients dans leur lutte contre la maladie, le nouveau Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) rassemble les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie : 400 professionnels de santé dont 96 médecins spécialistes, chercheurs et internes… et un plateau technique de dernière génération dotés de tous les moyens diagnostiques, de traitement, de suivi et de recherche. En 2014, les équipes prévoient d’accueillir 31 000 personnes en hospitalisation et 1 500 consultants.

Pour accompagner les patients dans leur lutte contre la maladie, le nouveau Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) rassemble les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie : 400 professionnels de santé dont 96 médecins spécialistes, chercheurs et internes… et un plateau technique de dernière génération dotés de tous les moyens diagnostiques, de traitement, de suivi et de recherche. En 2014, les équipes prévoient d’accueillir 31 000 personnes en hospitalisation et 1 500 consultants.

Un pôle d’excellence et de recours régional

En Picardie comme dans le Nord, les taux de mortalité par cancer chez l’homme et chez la femme figurent parmi les plus élevés de France ; une situation qui est à la fois une résultante de caractéristiques socio-économiques (vieillissement et amélioration du taux de survie) et la conséquence d’un déficit en terme de prévention, formation, dépistage mais aussi structurelle.

Pour pallier ces retards, le Centre Régional Universitaires de Cancérologie du CHU d’Amiens Picardie s’est donné pour missions d’améliorer la qualité de la prise en charge des patients atteints de cancer par une meilleure identification de la filière cancérologie et une optimisation du parcours de soins, de développer l’expertise des spécialités d’organes en rapport avec la cancérologie, de faciliter l’accès aux soins pour la population de la région, collaborer avec les établissements de la région et de renforcer les partenariats avec les professionnels de proximité et les représentants des patients, de développer la recherche clinique, translationnelle et fondamentale dans le cadre de la dynamique universitaire et de structurer le projet d’enseignement et de formation en cancérologie sur les sites du CHU.

Ce projet répond aux exigences territoriales et régionales en matière de cancérologie et aux stratégies impulsées par l’INCa dans le cadre des plans Cancer et en association avec lui.

L’accent mis sur synergie entre les différents établissements
Le CeRUC s’intégrera dans la politique de l’Agence Régionale de Santé Picardie et travaillera avec les centres hospitaliers de Picardie et les réseaux régionaux. Il participera activement à la mise en place de programmes d’éducation thérapeutique, à l’information des patients et sera un centre d’expertise auprès des tutelles. 
   
Les différents secteurs du centre

– Consultation Oncologie (Pr B. Chauffert) et Hématologie  (Pr J.P. Marolleau) (2013 : + de 12 000 consultations) ; Depuis octobre 2013, mise en place d’une consultation d’Oncogériatrie (Dr R. Fournier) en collaboration avec l’Unité de Coordination Oncogériatrique du Dr Carolla.                           
– Hôpital de Jour commun Oncologie et Hématologie de plus de 50 lits (+ de 9 000 passages par an) ; Celui-ci regroupera dans un futur proche l’ensemble des Hôpitaux de jour de chimiothérapie du CHU. 
Hospitalisation conventionnelle :
 • L’Oncologie (17 lits) prend en charge l’ensemble des pathologies cancéreuses mais a développé une compétence particulière dans la cancérologie digestive, cervico- faciale, les sarcomes, les cancers d’origine indéterminée, la neuro-oncologie et l’oncogériatrie. La dynamique du service et l’implication dans les projets de recherche clinique et fondamentale permettent de susciter des vocations avec un nombre grandissant d’étudiants en DES et en DESC.           
Hématologie : 2 services (conventionnelle : 10 lits – Soins intensifs allogreffe : 20 lits)  Toutes les pathologies hématologiques malignes sont prises en charge. En juillet 2012, réalisation de la première allogreffe de cellules souches hématopoïétiques en Picardie. Le service d’Hématologie répond ainsi aux besoins de la région et conforte sa position de recours. Son implication dans le domaine de la recherche clinique et fondamentale est constante. Le développement de toutes ces activités n’a pu se faire qu’avec le soutien et l’aide de la Région Picardie et des Fonds Européens de développement Régional (FEDER).                    
Radiothérapie (Dr A. Coutte) comporte trois accélérateurs à particules dont deux dits « en miroir » avec la technique RapidArc-IMRT pour les tumeurs des voies aérodigestives supérieures, les tumeurs encéphalique et les tumeurs pelviennes, un scanner de simulation et deux projecteurs de source type PDR pour la curiethérapie à bas débit pulsé. En 2014 sera mise en place la radiothérapie en conditions stéréotaxiques et la curiethérapie à haut débit de dose. Ces techniques permettront une plus grande précision, une meilleure tolérance et un temps de traitement plus court.            
Le Centre d’Etude et de Traitement de la Douleur (Dr E. Serra) qui s’est engagé à mettre en place une permanence quotidienne de consultations antidouleur en Cancérologie.
Les soins palliatifs avec son équipe mobile et son unité de soins (Dr M. Delloue). L’unité de soins palliatifs se compose de dix chambres individuelles avec possibilité d’accueil des familles, des enfants. Il permet l’adaptation thérapeutique, le répit familial, l’accompagnement de la fin de vie jusqu’au décès. L’Unité est associée à une équipe mobile de soins palliatifs (Dr C. Josse) qui met en œuvre des actions de conseils, soutien, concertation. L’équipe mobile travaille en étroite concertation avec les professionnels des autres services cliniques. Son action se fait dans le respect de la loi Leonetti. L’équipe mobile de soins palliatifs participe à l’orientation du patient à sa sortie en partenariat avec les réseaux de ville.
Le service d’Anatomie et Cytologie Pathologiques (Pr H. Sevestre) :  (+ de 35 000 actes par an) qui a su renforcer au fil des années les plus hautes exigences techniques et médicales dans l’interpénétration forte des savoirs et enjeux de l’Anatomie et Cytologie Pathologiques en Cancérologie. Il est dépositaire de la Tumorothèque de Picardie. Ce laboratoire travaille en relation étroite avec :
Le Laboratoire d’Oncobiologie Moléculaire ( Dr B. Gubler). Cette plateforme régionale, labélisée par l’INCa, répond aux exigences de la Cancérologie moderne tant en diagnostique qu’en thérapeutique permettant une meilleure utilisation des thérapeutiques ciblées. 
Le service d’Anatomie et Cytologie Pathologiques ainsi que le laboratoire d’oncobiologie Moléculaire sont en constante évolution technique, révolution couteuse mais indispensable à la prise en charge des patients. Le CeRUC est la réponse au développement de ces nouvelles technologies.

– Le département Interdisciplintaire des Soins de Support
pour le patient en Oncologie (DISSPO) (Dr E. Serra, Dr M. Beaumont)  Les soins de support constituent l’ensemble des soins nécessaires aux personnes malades parallèlement aux traitements spécifiques oncologiques. Ils s’appuient sur un travail coordonné et multidisciplinaire pour proposer au patient cancéreux une prise en charge dans sa globalité et sa singularité quel que soit le moment de sa maladie.  
Au sein du DISSPO sont regroupées les activités suivantes :
• Prise en charge psychologique pour le patient et/ou pour ses proches. Les enfants dont l’un des parents est atteint d’un cancer peuvent également bénéficier d’un soutien (« petits et grands dires). 
• Sophrologie
• Prise en charge de la douleur aiguë ou chronique, liée à la maladie et/ou aux traitements
• Prise en charge des troubles alimentaires et suivi diététique (atelier du goût)
• Prise en charge sociale au sens large avec mise en place d’une consultation pour l’étiologie des cancers professionnels et le maintien dans l’emploi
• Conseil en image corporelle par une infirmière formée à la socio- esthétique
• Ateliers de qi gong (exercices de santé chinois)
• Activité physique adaptée
• Ateliers d’art-thérapie (mise en place prochaine) 
• Consultation de prévention des cancers (mise en place prochaine) 

Le CeRUC travaille en étroite collaboration avec des Unités fonctionnelles de cancérologie d’organes possédant toutes les technologies modernes, tant diagnostiques que thérapeutiques. Ce sont des équipes chirurgicales spécialisées (Chirurgie hépatique Pr J.M. Regimbeau – Chirurgie plastique Pr R. Sinna), en particulier dans la reconstruction faciale  (Pr B. Devauchelle).
L’ensemble des services seront regroupés dans un lieu unique avec l’ouverture du Nouveau CHU. Ils interagissent en permanence, favorisant une meilleure prise en charge des patients en Cancérologie.

Le CeRUC facilite la prise en charge  des patients  
Les chemins cliniques réduisent les délais de prise en charge pour les nouveaux patients grâce à une coordination de l’ensemble des rendez- vous dans un délai rapide : consultation clinique, exploration, imagerie, biopsie (prélèvement) et pose d’accès vasculaire. Cette organisation permet la synthèse et la présentation du dossier du patient en réunion de concertation pluridisciplinaire. Des filières sont déjà organisées : signalons la clinique du sein et le circuit du ganglion qui existent maintenant depuis deux ans et ont démontré la preuve de leur efficacité. De nouveaux parcours patients seront développés pour améliorer la rapidité de la prise en charge. 

Le dossier médical informatisé de cancérologie commun est individualisé et comprend toutes les informations du patient. Il permet à n’importe quel instant et dans le cadre de l’urgence un accès à toutes les informations nécessaires pour une meilleure prise en charge du patient. Il favorise l’échange d’informations entre les professionnels. Y seront intégrés progressivement le recueil d’informations externes (compte rendu de radiologie, anatomopathologie, courrier, bilan sanguin…). Ce dossier médical exhaustif simple à consulter pourra être communiquant avec le dossier médical personnalisé et le DCC permettant ainsi au patient d’avoir rapidement un accès à son dossier médical de même que pour les médecins traitants. 
Les échanges avec l’ensemble des professionnels de santé de Picardie seront renforcés via une participation interdisciplinaire des professionnels libéraux. 
Le développement du dépistage, de la prévention, de l’information
Par sa dimension régionale, le Centre régional et universitaire de cancérologie participe aux actions de santé publique. Il est en relation et adossé au Registre des Cancers de la Somme, labellisé par le Réseau National FRACIM.

Le CeRUC renforce la recherche et l’enseignement  
Recherche

A côté de la pratique quotidienne de la prise en charge des patients, la recherche clinique, fondamentale et l’innovation sont devenues indispensables pour améliorer le taux de guérison. La recherche clinique est de plus en plus professionnelle et nécessite des infrastructures complexes et des moyens considérables. Elle s’appuie sur la Direction de la Recherche Clinique (DRCI) et sur des Centres de Recherche Clinique avec du personnel dédié aux différentes étapes de l’activité. Elle nécessite des structures de soins dédiées, des centres de ressources biologiques, des plateformes technologiques diverses qui sont garants de l’innovation et de l’accès aux thérapeutiques nouvelles. 
La recherche clinique s’effectue au sein d’un Centre de Recherche Clinique en cancérologie (CRCc) en association avec la Direction de la Recherche Clinique et de l’Innovation. Le nombre de protocoles et d’inclusions est en augmentation constante depuis plusieurs années : environ 150 études cliniques ouvertes avec plus de 430 patients inclus, depuis 2012.  
La recherche fondamentale s’effectue au sein de l’équipe d’accueil labélisée EA 4666 intitulée Lymphocyte Normal – Pathologique et Cancers dirigée par le  Pr J.P. Marolleau.  Quatre axes de recherche y sont développés : Hépatocarcinome, Oncoside en collaboration avec le Laboratoire de Chimie du Professeur Denis Postel, Leucémie lymphoïde chronique et reconstruction faciale après chirurgie carcinologique.  
L’ensemble de ces activités de recherche est fortement soutenu par la Région Picardie et le CHU.  

La recherche c’est aussi la recherche en soins infirmiers
dont les travaux ont fait l’objet de présentations nationales et ont permis l’obtention d’un prix Laurette Fugain pour le travail sur le goût. 

Enseignement et formation : de nombreuses spécialisations
DES d’Hématologie, Oncologie, Radiothérapie, formations post universitaires, répartition des internes et formation post internat (CCA, assistant partagé…)
Participation active à une politique régionale en matière de cancérologie en rapport avec les instances, formation médicale continue en rapport avec les médecins de ville, organisation de réunions scientifiques et de la Journée de Cancérologie du CHU d’Amiens et formations paramédicales

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.