Cancer : imagerie publique – privée à l’Institut de cancérologie du Gard (ICG)

Nouvelle étape dans le développement de l'offre de soins de l’Institut de cancérologie du Gard avec le démarrage de l’imagerie en coupe (IRM) qui sera assurée par les radiologues du CHU et de la SAS Nemoscan à partir du lundi 6 juillet 2015. Cette activité intervient après l'ouverture de la radiothérapie et les consultations d’oncologie et d’hématologie le 15 juin 2015. Pour le CHU, la troisième phase concernera les services d’hospitalisation mi-septembre.

Nouvelle étape dans le développement de l’offre de soins de l’Institut de cancérologie du Gard avec le démarrage de l’imagerie en coupe (IRM) qui sera assurée par les radiologues du CHU et de la SAS Nemoscan à partir du lundi 6 juillet 2015. Cette activité intervient après l’ouverture de la radiothérapie et les consultations d’oncologie et d’hématologie le 15 juin 2015. Pour le CHU, la troisième phase concernera les services d’hospitalisation mi-septembre. Cette nouvelle organisation apporte une amélioration pour les patients en termes de réduction des délais et d’harmonisation des prises en charge.
IRM à 30 jours
Actuellement, le CHU de Nîmes possède 2 IRM et Nemoscan 3 IRM. L’acquisition d’un appareil supplémentaire, partagé à 50 % entre le CHU et Nemoscan permet de diminuer le délai d’attente des patients à qui un examen par IRM a été prescrit, l’objectif étant de ne pas excéder un délai d’un mois entre la prise de rendez-vous et la réalisation de l’examen (l’objectif national fixé par l’Institut national du cancer – INCA – étant de 20 jours maximum).
Les prises de rendez-vous et les actes de manipulation seront assurés par des personnels du GIE. Le numéro de prise de rendez-vous est un numéro unique : 04 48 27 01 40.
L’activité d’imagerie à l’Institut de cancérologie du Gard a donné lieu à la création en juillet 2014 d’un Groupement d’intérêt économique (GIE), établi entre le CHU de Nîmes et la SAS Nemoscan, qui rassemble plusieurs radiologues de Nîmes et de sa région. Ce GIE, qui organise le partage de l’activité d’imagerie entre opérateurs publics et opérateurs privés concerne les actes d’IRM (imagerie par résonance magnétique). Le GIE a, dans ce cadre, acquis une IRM qui complète l’offre pour des examens spécialisés en imagerie cancérologique (IRM de diffusion corps entier notamment) dans la région.
À compter de septembre, et à l’aune du regroupement à l’ICG d’autres équipements d’imagerie dédiés, les activités de mammographie-échographie, de radiologie et d’échographie polyvalentes seront déployées dans le nouvel Institut et assurées également conjointement par des médecins radiologues du CHU et des médecins radiologues libéraux de ville. Des examens de radiologie et d’imagerie non relatifs à une pathologie cancéreuse pourront être assurés au sein de l’ICG afin de bénéficier des équipements de dernière génération. Au total, plus de 18 000 personnes sont attendues par an en radiologie dont 8 000 en IRM.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.