Cancer : inauguration d’un scanner nouvelle génération à Reims

Mutualiser les ressources pour apporter le meilleur de la technologie aux rémois. Un nouveau scanner ultra-performant vient d'être acquis conjointement par le CHU de Reims et l'institut de cancérologie Jean Godinot pour la somme 2,5 M€. Principalement utilisé pour le diagnostic et le suivi des cancers, ce Tomographe à Emission de Positons (TEP-TDM) permet de réduire de moitié les temps d'examen de 40 à 20 mn, de raccourcir considérablement les délais de prise de rendez-vous et donc d'augmenter les chances de guérison des patients par un accès facilité au dépistage.
Mutualiser les ressources pour apporter le meilleur de la technologie aux rémois. Un nouveau scanner ultra-performant vient d’être acquis conjointement par le CHU de Reims et l’institut de cancérologie Jean Godinot pour la somme 2,5 M€. Principalement utilisé pour le diagnostic et le suivi des cancers, ce Tomographe à Emission de Positons (TEP-TDM) permet de réduire de moitié les temps d’examen de 40 à 20 mn, de raccourcir considérablement les délais de prise de rendez-vous et donc d’augmenter les chances de guérison des patients par un accès facilité au dépistage.
Plus sûr et aussi plus précis, le nouvel équipement délivre une image d’excellente qualité pour une meilleure détection des lésion à un stade précoce et les quantités de produit injecté sont diminuées moitié. "Les patients apprécient de passer moins de temps dans l’appareil. Quant aux équipes, elles plébiscient les performances de cet équipement et elles sont en traind d’élargir les champs d’applications à la neurologie. D’ores et déjà, elles se projettent dans de nouvelles recherches, notamment avec le Centre de Recherche en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication de l’Université.» indique le Professeur PAPATHANASSIOU, chef de l’unité de médecine nucléaire de l’Institut de Cancérologie Jean Godinot.  
« Le TEP TDM fait désormais partie des techniques routinières indispensables permettant la prise en charge thérapeutique la mieux adaptée à l’évolution de la maladie. Ce nouvel équipement très performant constitue pour la communauté médicale, pour les patients et pour la recherche médicale une avancée significative. » renchérit le Docteur Olivier TOUBAS, chef du pôle imagerie du CHU de Reims
Se regrouper pour investir dans l’innovation et offrir le meilleur soin au patient  
L’acquisition de ce scanner de dernière génération a été effectuée dans le cadre du Groupement d’Intérêt Economique constitué entre le CHU de Reims et l’Institut de Cancérologie Jean Godinot en 2001, à l’occasion de l’achat de l’ancien équipement. Seul TEP du secteur public en Champagne-Ardenne, le nouveau scanner s’inscrit dans le parcours de soins en cancérologie élaboré dans le cadre de coopérations territoriales entre les établissements de la région et des départements limitrophes. Il marque la volonté du secteur public d’investir dans les innovations diagnostiques et thérapeutiques et de renforcer son activité de recherche clinique en cancérologie et en neurologie. « La nécessité d’une offre publique forte et moderne portée par le pôle hospitalo-universitaire de cancérologie, le Centre Hospitalier Universitaire et l’Institut de Cancérologie Jean Godinot, est indispensable pour accompagner et diffuser les évolutions rapides de la cancérologie et permettre l’accès à l’innovation tout en garantissant la qualité et la sécurité des prises en charge» précisent ensemble Dominique De Wilde, Directrice générale du CHU de Reims et le Professeur Yacine Merrouche, Directeur Général de l’Institut de Cancérologie Jean Godinot. 
Les deux établissements ont opté pour une location du matériel pour cinq ans avec une option de deux années supplémentaires. Ce choix permet dès à présent de garantir sur le long terme le maintien de la meilleure technologie disponible pour cette activité.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.