Cancer : inauguration d’un scanner nouvelle génération à Reims

Mutualiser les ressources pour apporter le meilleur de la technologie aux rémois. Un nouveau scanner ultra-performant vient d'être acquis conjointement par le CHU de Reims et l'institut de cancérologie Jean Godinot pour la somme 2,5 M€. Principalement utilisé pour le diagnostic et le suivi des cancers, ce Tomographe à Emission de Positons (TEP-TDM) permet de réduire de moitié les temps d'examen de 40 à 20 mn, de raccourcir considérablement les délais de prise de rendez-vous et donc d'augmenter les chances de guérison des patients par un accès facilité au dépistage.
Mutualiser les ressources pour apporter le meilleur de la technologie aux rémois. Un nouveau scanner ultra-performant vient d’être acquis conjointement par le CHU de Reims et l’institut de cancérologie Jean Godinot pour la somme 2,5 M€. Principalement utilisé pour le diagnostic et le suivi des cancers, ce Tomographe à Emission de Positons (TEP-TDM) permet de réduire de moitié les temps d’examen de 40 à 20 mn, de raccourcir considérablement les délais de prise de rendez-vous et donc d’augmenter les chances de guérison des patients par un accès facilité au dépistage.
Plus sûr et aussi plus précis, le nouvel équipement délivre une image d’excellente qualité pour une meilleure détection des lésion à un stade précoce et les quantités de produit injecté sont diminuées moitié. "Les patients apprécient de passer moins de temps dans l’appareil. Quant aux équipes, elles plébiscient les performances de cet équipement et elles sont en traind d’élargir les champs d’applications à la neurologie. D’ores et déjà, elles se projettent dans de nouvelles recherches, notamment avec le Centre de Recherche en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication de l’Université.» indique le Professeur PAPATHANASSIOU, chef de l’unité de médecine nucléaire de l’Institut de Cancérologie Jean Godinot.  
« Le TEP TDM fait désormais partie des techniques routinières indispensables permettant la prise en charge thérapeutique la mieux adaptée à l’évolution de la maladie. Ce nouvel équipement très performant constitue pour la communauté médicale, pour les patients et pour la recherche médicale une avancée significative. » renchérit le Docteur Olivier TOUBAS, chef du pôle imagerie du CHU de Reims
Se regrouper pour investir dans l’innovation et offrir le meilleur soin au patient  
L’acquisition de ce scanner de dernière génération a été effectuée dans le cadre du Groupement d’Intérêt Economique constitué entre le CHU de Reims et l’Institut de Cancérologie Jean Godinot en 2001, à l’occasion de l’achat de l’ancien équipement. Seul TEP du secteur public en Champagne-Ardenne, le nouveau scanner s’inscrit dans le parcours de soins en cancérologie élaboré dans le cadre de coopérations territoriales entre les établissements de la région et des départements limitrophes. Il marque la volonté du secteur public d’investir dans les innovations diagnostiques et thérapeutiques et de renforcer son activité de recherche clinique en cancérologie et en neurologie. « La nécessité d’une offre publique forte et moderne portée par le pôle hospitalo-universitaire de cancérologie, le Centre Hospitalier Universitaire et l’Institut de Cancérologie Jean Godinot, est indispensable pour accompagner et diffuser les évolutions rapides de la cancérologie et permettre l’accès à l’innovation tout en garantissant la qualité et la sécurité des prises en charge» précisent ensemble Dominique De Wilde, Directrice générale du CHU de Reims et le Professeur Yacine Merrouche, Directeur Général de l’Institut de Cancérologie Jean Godinot. 
Les deux établissements ont opté pour une location du matériel pour cinq ans avec une option de deux années supplémentaires. Ce choix permet dès à présent de garantir sur le long terme le maintien de la meilleure technologie disponible pour cette activité.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.