Cancer : la radiothérapie axe fort du CHU de Tours

7 000 patients atteints d’un cancer traités chaque année au CHU de Tours ; une activité qui représente 30% de ses séjours hospitaliers. Ce 4 février 2015, journée mondiale contre le cancer, le CHU tient à présenter son nouvel équipement de radiothérapie : la tomothérapie ; une manière de rappeler qu'il ne cesse d’investir pour offrir aux patients de la région Centre et au-delà les dernières avancées en matière de diagnostic, de traitement et de suivi personnalisé.

7 000 patients atteints d’un cancer traités chaque année au CHU de Tours ; une activité qui représente 30% de ses séjours hospitaliers. Ce 4 février  2015, journée mondiale contre le cancer, le CHU tient à présenter son nouvel équipement de radiothérapie : la tomothérapie ; une manière de rappeler qu’il ne cesse d’investir pour offrir aux patients de la région Centre et au-delà les dernières avancées en matière de diagnostic, de traitement et de suivi personnalisé.
 
Doté du plateau technique le plus complet de la région Centre, le CHRU de Tours est même le seul en France à posséder 2 machines dédiées aux techniques les plus innovantes : le Cyberknife et la Tomothérapie
 
Focus sur la radiothérapie
Près de 50% des patients atteints de cancer sont traités par radiothérapie. C’est pourquoi le CHRU de Tours ne cesse d’investir pour disposer d’équipements de haute technicité.
la Tomothérapie en mode dynamique hélicoïdal* permet de traiter différentes zones de quelques centimètres de longueur jusqu’à 1m60 sans interruption et en un seul passage. Elle offre ainsi la possibilité de développer, en toute sécurité, la modulation d’intensité lors des irradiations du cerveau et de la moelle épinière des enfants. Elle améliore la prise en charge des patients relevant d’une irradiation lymphoïde et/ou médullaire étendue et des patients porteurs de tumeurs étendues des membres.
La Tomotherapie associe  dans une même machine un accélérateur de particules (appareil de traitement) et  un scanner (appareil d’imagerie qui réalise des images en coupes du corps humain). Le système TomoTherapy permet de délivrer des doses via de multiples rotations de l’accélérateur à 360° ou, via seulement certains angles, pendant que la table se déplace (de quelques centimètres à plus d’un mètre) en continu pour balayer la zone traitée. En fonction de la topographie de la tumeur et de la complexicité de sa présentation, la modulation de la dose peut se faire sur des segments variant de 1 à 5 cm.
C’est pourquoi, la Tomothérapie est l’accélérateur le plus adapté, non seulement pour les tumeurs de la moelle épinière de l’enfant et de l’adulte, pour les irradiations lymphoïdes et médullaires totales ou les sarcomes étendus, mais également aux indications complexes comme les tumeurs ORL et de la thyroïde, tumeurs pelviennes, urogénitales, tumeurs du médiastin supérieur, des tumeurs de la paroi thoracique. Avec le système de guidage par imagerie 3D les médecins vérifient la précision du positionnement du patient et de sa tumeur. Le couplage à la projection de la distribution de dose sur le scanner de positionnement (fonctionnalité disponible uniquement sur la Tomotherapie) permet de délivrer des doses précises et personnalisées à chaque type de tumeur selon sa forme, sa profondeur et de les adapter  en fonction des changements de forme de la zone à traiter.

Une séance de traitement dure de 15 à 30 minutes. Le nombre de séances prescrites par le radiothérapeute varie selon l’indication et peut aller jusqu’à 35 séances. La décision de ce type de traitement est prise en réunion de concertation pluridisciplinaire. 
 
La sécurité sous contrôle
La préparation du traitement et les contrôles qualité de la machine et des plans de traitement obéissent aux mêmes règles de précision et de validation que pour les autres techniques. La formation de tous les acteurs de la prise en charge des patients sur la Tomotherapy a été très encadrée par le constructeur, de même que lors de la mise en œuvre des premiers traitements. Un mois après l’ouverture, le 2 décembre 2014, 16 patients sont en cours de traitement.  D’ici fin mars 2015, le service de radiothérapie pourra accueillir 30 patients par jour sur cette machine.
 
Le Cyberknife
En 2010, il a fait l’acquisition d’un accélérateur dédié à l’irradiation en condition stéréotaxique de type Cyberknife pour un ultra-ciblage de la tumeur : une centaine de micro-faisceaux pénètrent dans la tumeur en de multiples directions, grâce au bras robotisé de la machine. L’utilisation de cette technologie originale, permet à de nombreux patients souffrant de tumeurs du poumon et du foie, de bénéficier d’un traitement efficace et peu toxique, avec une espérance de survie comparable à celle qu’ils auraient eue avec une chirurgie.
 
Diagnostic : une plateforme de biologie des cancers
Les patients dont les tumeurs portent d’éventuelles mutations génomiques peuvent bénéficier de molécules ciblant les cellules atteintes par ces anomalies et épargnant les cellules saines.
Une plateforme de traitement de recours régionale et extra-régionale
Le CHRU dispense des soins en oncologie médicale, en radiothérapie, en hématologie et en oncohématologie pédiatrique. La prise en charge est organisée autour des disciplines d’organe : l’urologie, la gynécologie, l’ORL, la pneumologie, la neurooncologie, la neurochirurgie, la gastro-entérologie, l’orthopédie, l’endocrinologie, la dermatologie, la chirurgie thoracique, la chirugie maxillo-faciale, la chirurgie digestive et hépatique. Le plateau technique optimise cette prise en charge : l’imagerie, l’anatomie pathologie, la biologie, la radiologie, la médecine nucléaire, l’anesthésie, l’oncogénétique.

Le CHRU traite aussi les cancers rares tels que certains cancers digestifs (GIST), les sarcomes, les tumeurs des glandes endocrines, les tumeurs cérébrales, les tumeurs thymiques et les mésothéliomes.
 
* dédiée à la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.