Cancer : l’accès aux mêmes tests pour tous

Illustrant le principe d’égal accès au progrès médical, le laboratoire d'oncobiologie moléculaire du CHU d’Amiens met à la disposition de tous les patients atteints de cancer les tests moléculaires innovants ; que la porte d’entrée choisie par les malades soit privée ou publique.

Illustrant le principe d’égal accès au progrès médical, le laboratoire d’oncobiologie moléculaire du CHU d’Amiens met à la disposition de tous les patients atteints de cancer les tests moléculaires innovants ; que soit la porte d’entrée choisie par les malades soit privée ou publique.
Créé en janvier 2011 et placé sous la responsabilité du Dr Brigitte Gubler, le laboratoire d’oncobiologie moléculaire optimise la prise en charge des patients atteints de cancer. Les tests moléculaires qu’il leur propose contribuent au  processus diagnostique, à la définition d’une stratégie thérapeutique, de soins ciblés et à l’évaluation de la charge tumorale résiduelle.
En avril 2012, les efforts de l’équipe du laboratoire étaient récompensés par le label  "Plateforme Hospitalière de Génétique Moléculaire des Cancers de Picardie " décerné par l’Institut National du Cancer (INCa).
Depuis un an, d’étroites collaborations étaient nouées avec les établissements publics et privées avec à la clé des conventions signées entre la Plateforme, les Centres Hospitaliers, les structures de soins de Picardie et l’ensemble des cabinets d’Anatomie et Cytologie Pathologiques libéraux de la région.
Dès le début des années 2000, la France s’est dotée d’une politique de lutte contre le cancer s’appuyant sur des plans nationaux. Le Plan cancer 2009-2013, construit à partir du rapport du Pr Jean-Pierre Grünfeld s’articule autour de 5 axes, regroupant 30 mesures. L’objectif de la mesure 21.2 est le "développement des plateformes de génétique moléculaire des cancers et l’accès aux tests moléculaires". Depuis 2006, 28 plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers, équitablement réparties sur tout le territoire, sont soutenues par l’INCa et la DGOS (Direction Générale de l’Offre de Soins). Jusqu’en 2012, la Picardie était l’unique région dépourvue d’une telle structure ; une lacune désormais comblée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.