Cancer : l’atelier chapeaux de Poitiers, un espace bien-être

La chute des cheveux ou alopécie est l’effet secondaire le plus pénible et le plus stigmatisant des chimiothérapies. Vécue comme un traumatisme par nombre de patients, la chute de cheveux représente aussi une lourde dépense car le prix des perruques varie entre 125 et 800 euros voire plus selon le confort et modèle. La Caisse Primaire d’Assurance Maladie rembourse sur un forfait de 125 euros qui peut être complété ou pas par les complémentaires santé. Pour accompagner au mieux les malades durant cette épreuve, le pôle régional de cancérologie du CHU de Poitiers a ouvert un « relais esthétiKapillaire » dans l’espace "hors soin" de son hall.

La chute des cheveux ou alopécie est l’effet secondaire le plus pénible et le plus stigmatisant des chimiothérapies. Vécue comme un traumatisme par nombre de patients, la chute de cheveux représente aussi  une lourde dépense car le prix des perruques varie entre 125 et 800 euros voire plus selon le confort  et modèle. La Caisse Primaire d’Assurance Maladie rembourse sur un forfait de 125 euros qui peut être complété ou pas par les complémentaires santé. Pour accompagner au mieux les malades durant cette épreuve, le pôle régional de cancérologie du CHU de Poitiers a ouvert un « relais esthétiKapillaire » dans l’espace "hors soin" de son hall.
Dans une ambiance qui tient plus du salon de beauté que du lieu d’information, des professionnels des compléments capillaires assurent bénévolement les permanences  deux demi-journées par semaine. Les patients peuvent essayer des chevelures d’appoint et autres  coiffants (foulards, turbans, bonnet,…), s’initier aux « des trucs et astuces » pour mieux vivre cette période délicate, s’informer sur les possibilités de prêt de perruque et sur les modalités de prise en charge financière de leur nouvelle chevelure. Un soutien et une  écoute personnalisés qui participent au réconfort du patient, le recentrant sur ses envies.

Le relais est ouvert à toutes les personnes en traitement au pôle régional de cancérologie.
L’engagement des professionnels bénévoles est encadré par la signature d’une convention où il est clairement stipulé que "le démarchage et toute action commerciale sont interdits. » (article 2 de la convention).
A noter que les demandes de prêt de prothèses capillaires ou autres coiffants relèvent des assistantes sociales qui statuent en fonction de critères économiques et sociaux préétablis.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.