Cancer : le palmarès du Parisien erroné et tendancieux

Dans un communiqué en date du 19 novembre 2009, la Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics (FNCHP) et les Conférences de directeurs et de présidents de Commissions médicales dénoncent le manque d'exigence, de rigueur et de sérieux du quotidien. Le Parisien qui avait publié le palmarès complet des meilleurs hôpitaux traitant le cancer dans son édition du 16 novembre 2009, avait fait l'impasse sur 14 CHU et de nombreux centres hospitaliers.

Dans un communiqué en date du 19 novembre 2009, la Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics (FNCHP) et les Conférences de directeurs et de présidents de Commissions médicales dénoncent le manque d’exigence, de rigueur et de sérieux du quotidien. Le Parisien avait publié le palmarès complet des meilleurs hôpitaux traitant le cancer dans son édition du 16 novembre 2009, un classement qui excluait 14 CHU et de nombreux centres hospitaliers.

La Fédération hospitalière de France (FHF) et la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics (FNCHP) qui travaille en son sein ainsi que les Conférences de directeurs et de présidents de Commissions médicales ont toujours oeuvré pour que l’information délivrée aux usagers par les établissements hospitaliers soit la plus transparente possible.

Elles estiment que l’hôpital n’a rien à cacher et que les données publiques relatives à son activité doivent naturellement être portées à la connaissance de nos concitoyens.

Elles ont toujours incité les hôpitaux publics à répondre aux sollicitations, parfois contraignantes, des journalistes qui établissent des études comparatives sur les établissements hospitaliers. Ces études sont la plupart du temps de bonne qualité et fournissent une information utile au grand public.

Elles déplorent que Le Parisien ait rendu public un palmarès des meilleurs hôpitaux traitant le cancer en utilisant des données partielles et donc partiales qui ne reflètent pas l’intégralité des données figurant dans l’étude de Santéclair.

Ainsi, 14 CHU ont été omis alors que ce sont les établissements de ce type qui prennent en charge le plus de patients souffrants des différentes formes de cancers. En ce qui concerne la qualité, c’est également au sein des CHU qu’exercent les équipes référentes têtes de réseaux régionaux pour la prise en charge des cancers. Ces mêmes équipes sont sources d’innovation dans leurs traitements.

Par ailleurs, de nombreux centres hospitaliers ne figurent pas dans ce palmarès alors qu’ils réalisent une activité au moins aussi importante que les cliniques privées présentes dans cet article.

Alors que la prise en charge du cancer est un enjeu majeur des années à venir, on peut regretter qu’un quotidien avec un tel tirage sacrifie, par manque d’exigence, de rigueur et de sérieux, la qualité de l’information délivrée au citoyen.

Paul CASTEL, Président de la Conférence nationale des directeurs généraux de CHU
Alain DESTEE, Président de la Conférence des Présidents de CME de CHU
Francis FELLINGER, Président de la Conférence des Présidents de CME
Denis FRECHOU, pour la Conférence nationale des directeurs de CH
Yvan HALIMI, Président de la Conférence des Présidents de CME des CHS
Norbert IFRAH, Président de la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics
Jean LEONETTI, Président par intérim de la Fédération hospitalière de France.

Contacts presse :
Cédric Lussiez, 01.44.06.85.22, href= »mailto:c.lussiez@fhf.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.