Cancer : le sport automobile soutient la recherche poitevine depuis 23 ans

"500 Ferrari contre le cancer" L'affiche rutilante annonce la tenue d'une fête vrombissante. Durant trois jours, les vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 juin 2017, les grosses cylindrées vont s'exposer et rouler pour la grande cause de la recherche contre le cancer. Le rendez-vous annuel organisé par Sport et Collection et le Rotary club Civray Sud-Vienne a su allumer la passion des amateurs de sport automobile. 15 000 spectateurs sont attendus en ce premier week-end de juin sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant.
"500 Ferrari contre le cancer" L’affiche rutilante annonce la tenue d’une fête vrombissante. Durant trois jours, les vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 juin 2017, les grosses cylindrées vont s’exposer et rouler pour la grande cause de la recherche contre le cancer. Le rendez-vous annuel organisé par Sport et Collection et le Rotary club Civray Sud-Vienne a su allumer la passion des amateurs de sport automobile. 15 000 spectateurs sont attendus en ce premier week-end de juin sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant. 
Un programme qui fait rêver et à la clé des dons qui vont avancer la recherche
Pour la 23ème édition, deux événements majeurs sont annoncés :les 70 ans de Ferrari et les 30 ans de F40. Les Ferrari historiques de compétition retrouveront leurs adversaires de l’époque : Jaguar D Type, Ford GT 40, Porsche 917… Sont également prévus un concours Ferrari Classiques qui réunira une collection unique d’automobiles mythiques. A côté les monoplaces F1, F3000, F5000, F2 et supercars tourneront sur le circuit. Le spectacle sera aussi dans le ciel puisque ces bolides seront accompagnés par les 8 alphajets de la célèbre formation aérienne, la Patrouille de France.

En 23 ans, Sport et Collection a réussi à collecter près de 4 millions d’euros de dons. "Il ne nous manque que 250 000€ " annoncent les organisateurs fiers de l’oeuvre déjà accomplie. Et en effet la recherche du CHU de Poitiers contre le cancer avance grâce aussi aux Ferrari. Cette année les dons recueillis permettront de financer des emplois hautement spécialisés et d’acquérir du matériel :
– un poste d’attaché de recherche clinique en oncologie médicale, pour le suivi des patients dans le cadre de programmes de recherche institutionnelle et académique.
– un poste d’ingénieur en biologie, pour le projet du docteur Jonathan Clarhaut, sur le développement de systèmes moléculaires pour une chimiothérapie sélective.
– un poste de chercheur junior pour le projet d’André Herbelin, « l’hypothèse d’un axe lymphocytaire Inkt/t "innate-memory" anti-tumoral dans la leucémie myéloïde chronique ».
– un poste d’ingénieur en biologie cellulaire et moléculaire pour le projet « inhibition de la croissance et de l’angiogenèse tumorales par le facteur anticolagulant vitamine K-dépendant de la protéine S » du professeur Omar Benzakour.geant (86)
– une partie de l’achat d’une plateforme de séquençage génomique haut débit de dernière génération, pour le projet du Pr Christophe Burucoa, pour l’analyse des gènes à grande échelle.
Articles parus sur le sujet

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.