Cancer : le sport encouragé par la création d’un parcours santé adapté

Les patients traités pour un cancer par le CHU de Nîmes, à l’Institut de cancérologie du Gard (ICG) ainsi que les personnes suivies par le Comité gardois de la Ligue Nationale Contre le Cancer sont invités à rejoindre un programme sportif adapté « Acti Sport ». Durant une heure, un coach sportif et des personnels paramédicaux entraînent les participants à la pratique d’activités variées et évolutives : poutre d'équilibre, soulevé de poutre, barre d'étirement. Ils se retrouvent sur une aire dédiée du Campus de Carémeau tous les troisièmes jeudis de chaque mois
Les patients traités pour un cancer par le CHU de Nîmes, à l’Institut de cancérologie du Gard (ICG) ainsi que les personnes suivies par le Comité gardois de la Ligue Nationale Contre le Cancer sont invités à rejoindre un programme sportif adapté « Acti Sport ». Durant une heure, un coach sportif et des personnels paramédicaux entraînent les participants à la pratique d’activités variées et évolutives : poutre d’équilibre, soulevé de poutre, barre d’étirement. Ils se retrouvent sur une aire dédiée du Campus de Carémeau tous les troisièmes jeudis de chaque mois.
« Nous savons que la pratique d’une activité physique améliore nettement la tolérance aux traitements anti-cancéreux, qui sont des traitements lourds » précise le Pr Nadine Houédé, chef du service d’Oncologie médicale du CHU de Nîmes. Le Pr Arnaud Dupeyron, chef du service de Médecine physique et de réadaptation ajoute : « Dans une maladie au long cours, telle qu’un cancer, il est primordial de privilégier tout ce qui peut concourir à améliorer la qualité de vie. La pratique d’une activité physique permet notamment de restaurer l’image de soi, qui est souvent affaiblie par les traitements ».

La pratique sportive pour une meilleure santé pour tous
Initialement réservé aux patients suivis en rééducation et réadaptation pour des activités physiques adaptées et encadrées, le parcours santé est désormais ouvert aux personnes touchées par le cancer, aux publics fragilisés socialement et aux équipes soignantes. Cette initiative est portée par le CHU de Nîmes et le Comité du Gard de la Ligue nationale contre le cancer (LNCC) qui ont une nouvelle fois uni leurs compétences pour bâtir ensemble un projet généreux, bon pour la santé et porteur de lien social.  

Le CHU, le Comité du Gard de la Ligue nationale contre le cancer inscrivent leur intervention dans une logique de décloisonnement du lien ville-hôpital et dans une volonté de poursuivre l’accompagnement durant « l’après-cancer », c’est-à-dire lorsque les traitements lourds (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, etc.) sont terminés. « Parce qu’aujourd’hui encore nous sommes tous touchés de près ou de loin par le cancer, la Ligue est aux côtés des personnes fragilisées tout au long du parcours de vie. Cette initiative illustre parfaitement l’ensemble des champs dans lesquels nous intervenons, en amont, pendant et après la maladie, afin de diminuer les inégalités sociales de santé » précise le Pr Jean-Paul Bureau, Président du Comité départemental de la LNCC.
Mis en place pour un budget total de 10 000 € et assumé par le CHU de Nîmes et le Comité du Gard de la Ligue Contre le Cancer, « Acti Sport » a déjà séduit une quinzaine de participants lors de sa première séance. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.