Cancer : le sport thérapeutique

Gymnastique douce, atelier de marche, suivi à distance personnalisée par un éducateur sportif spécialisé... Le CHU de Rennes encourage les patients atteints d'un cancer à pratiquer une activité physique adaptée. Ainsi toute personne suivie à l'Institut Régional de Cancérologie de Rennes (Centre Eugène Marquis, CHU, Clinique mutualiste la Sagesse) peut, après accord de son médecin, bénéficier d'un programme de réentrainement à l'effort adapté à son état de santé dispensé par l'unité de médecine du sport du CHU de Rennes. A la clé un bénéfice thérapeutique : la reprise de contact avec un corps que la maladie et les médicaments fatiguent permet de se sentir mieux, d'atténuer la sensation de fatigue liée au cancer. Enfin, le fait de mobiliser régulièrement son corps peut même diminuer le risque de récidive notamment pour les cancers du sein et du côlon. À l'inverse, la sédentarité a été identifiée comme un facteur de risque pour certains cancers.

Gymnastique douce, atelier de marche, suivi à distance personnalisée par un éducateur sportif spécialisé… Le CHU de Rennes encourage les patients atteints d’un cancer à pratiquer une activité physique adaptée. Ainsi toute personne suivie à l’Institut Régional de Cancérologie de Rennes (Centre Eugène Marquis, CHU, Clinique mutualiste la Sagesse) peut, après accord de son médecin, bénéficier d’un programme de réentrainement à l’effort adapté à son état de santé dispensé par l’unité de médecine du sport du CHU de Rennes. A la clé un bénéfice thérapeutique : la reprise de contact avec un corps que la maladie et les médicaments fatiguent permet de se sentir mieux, d’atténuer la sensation de fatigue liée au cancer. Enfin, le fait de mobiliser régulièrement son corps peut même diminuer le risque de récidive notamment pour les cancers du sein et du côlon. À l’inverse, la sédentarité a été identifiée comme un facteur de risque pour certains cancers.

Cette initiative, portée par le Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) Eugène Marquis et le CHU de Rennes, avec le soutien financier du comité d’Ille et Vilaine de la ligue contre le cancer, s’inscrit dans la continuité du programme de réentrainement à l’effort développé depuis 2008 par l’unité de médecine du sport pour les patients atteints d’une maladie chronique.
Concrètement, les aptitudes physiques du patient adressé par son oncologue au service de médecine du sport du CHU sont évaluées par une équipe médico-soignante. En fonction du bilan médical, des thérapeutiques en cours, des souhaits et besoins de l’intéressé, un programme d’activités physiques adapté (intensité, fréquence des exercices?) est proposé. Un éducateur sportif, formé spécifiquement à l’activité physique adaptée, anime le programme personnalisé autour d’exercices individuels et collectifs encadrés. Il assure également un suivi à distance du patient par téléphone ou messagerie électronique de manière hebdomadaire ou mensuelle, en lien étroit avec la médecine du sport. Le médecin traitant est régulièrement informé de l’évolution de son patient.

Autre avantage : les ateliers collectifs de réentrainement mettent en relation le patient avec des personnes aux parcours similaires. En gagnant en résistance à la fatigue et aux effets secondaires de traitements parfois lourds, il renoue avec une vie sociale plus riche et recouvre une certaine autonomie dans sa vie quotidienne.

Aujourd’hui, plus de 100 patients bénéficient d’un accompagnement de la médecine du sport du CHU de Rennes dont 70 % sont atteints d’un cancer. L’arrivée d’un second animateur sportif, dont le poste est financé par la Ligue contre le cancer (comité d’Ile et Vilaine) pendant 2 ans, permettra de répondre à une demande croissante des patients et de leurs médecins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.