Cancer : les 1er traitements de radiothérapie par modulation d’intensité dispensés au CHU

Depuis le mois de janvier 2011, les patients de l’ouest de la Bretagne souffrant d’une tumeur ORL ou d’un cancer de la prostate peuvent se rendre au CHRU de Brest pour bénéficier d’une radiothérapie à modulation d’intensité (IMRT), équipement d’une plus grande précision que la radiothérapie externe standard. Grâce à un contrôle - une modulation – de l’intensité des composants des faisceaux d’irradiation, les organes sains présentant des surfaces concaves sont préservés lors de l’irradiation de tumeurs voisines.

Depuis le mois de janvier 2011, les patients de l’ouest de la Bretagne souffrant d’une tumeur ORL ou d’un cancer de la prostate peuvent se rendre au CHRU de Brest pour bénéficier  d’une radiothérapie à modulation d’intensité (IMRT), équipement d’une plus grande précision que la radiothérapie externe standard. Grâce à un contrôle – une modulation – de l’intensité des composants des faisceaux d’irradiation, les organes sains présentant des surfaces concaves sont préservés lors de l’irradiation de tumeurs voisines.

Dans le cas des cancers ORL, l’IMRT diminue la toxicité du traitement au niveau des glandes salivaires. Quant aux cancers de la prostate, la diminution de la dose d’irradiation évite certains effets sur le rectum ou la vessie et diminue les problèmes digestifs et urinaires.

Une prise en charge en deux temps

Au CHRU de Brest, l’utilisation couplée d’un nouveau scanner, dédié uniquement à la radiothérapie, permet, avant le traitement, de mieux délimiter les volumes cibles et pendant le traitement, de contrôler lors de l’irradiation le positionnement des organes internes par rapport aux champs d’irradiation, et surtout de préserver les organes sains à proximité immédiate de la tumeur. Pour améliorer encore le degré de précision, les écarts dus au mouvement des organes internes sont corrigés. En effet, la tumeur bouge, sous l’effet des mouvements liés à la respiration par exemple.
La précision de la préparation et du suivi du traitement sont les clés de l’efficacité de cette technique. Elle a nécessité une formation spécifique des personnels du CHRU de Brest. Le but étant que la majorité des patients bénéficient de tous les avantages du progrès technique. C’est pourquoi un 3ème accélérateur de toute dernière génération sera installé en 2011.
Contact presse
Direction de la communication – CHRU de Brest
Eric Legrand  02 98 22 30 32 – Eric.legrand@chu-brest.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.