Cancer : l’esthétique complément du soin

Elles veillent au bien-être des patients en prodiguant des séances d'onco-esthétique : toucher détente, maquillage, modelages du visage, des mains, des pieds… Pour elles, l'image corporelle participe à la prise de confiance et au respect de soi à un moment de la vie où la personne est fragilisée. Elles, ce sont Maïly et Pauline…, jeunes élèves socio-esthéticiennes de l'école privée Giorgifont, elles ont entre 20 et 25 ans et ont choisi d'offrir des pauses détente aux femmes et aux hommes atteints d'un cancer.

Elles veillent au bien-être des patients en prodiguant des séances d’onco-esthétique  : toucher détente, maquillage, modelages  du visage, des mains, des pieds… Pour elles, l’image corporelle participe à la prise de confiance et au respect de soi à un moment de la vie où la personne est fragilisée. Elles, ce sont Maïly et Pauline…, jeunes élèves socio-esthéticiennes de l’école privée Giorgifont, elles ont entre 20 et 25 ans et ont choisi d’offrir des pauses détente aux femmes et aux hommes atteints d’un cancer.
Les patients apprécient ce moment de confort où il n’est question ni de maladie, ni de traitement mais d’écoute non médicalisée, une manière de s’évader du cadre hospitalier pour retrouver ses habitudes de vie à l’extérieur.
Financé par le Zonta club Nîmes-romaines au travers de la course annuelle « La zontienne », le projet implique les étudiantes de l’année de spécialisation en socio-esthétique de l’école privée Giorgifont.  Les séances d’onco-esthétique agissent sur le moral des patients, preuve que l’esthétique n’est pas qu’une question de légèreté mais surtout d’humanité, un peu comme si la beauté participait à la lutte contre le cancer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.