Cancer : l’IRM partagée au service des rennais

A Rennes, une nouvelle IRM exclusivement dédiée à la cancérologie vient d'être acquise par le CHU et le Centre Eugène Marquis, tous deux membres de l’Institut Rennais de Cancérologie (IRC). Leur investissement groupé s’inscrit dans une politique de rattrapage du retard pris par la Bretagne en matière d’équipement d’imagerie médicale ; son parc d’IRM devrait atteindre les 40 unités en 2015 soit 14 de plus qu'aujourd'hui. L’enjeu : réduire les délais d'attente actuellement portés à 41,5 jours à 15 jours

A Rennes, une nouvelle IRM exclusivement dédiée à la cancérologie vient d’être acquise par le CHU et le Centre Eugène Marquis, tous deux membres de l’Institut Rennais de Cancérologie (IRC). Leur  investissement groupé s’inscrit dans une politique de rattrapage du retard pris par la Bretagne en matière d’équipement d’imagerie médicale ; son parc d’IRM devrait atteindre les 40 unités en 2015 soit 14 de plus qu’aujourd’hui. L’enjeu : réduire les délais d’attente actuellement portés à 41,5 jours à 15 jours – selon l’objectif fixé par le Plan Cancer 2009-2013. Sont concernés les 5 000 patients originaires du bassin rennais voire même de toute la Bretagne compte tenu des missions de recours des deux établissements. Les examens à visée diagnostique ou de suivi seront effectués du lundi au vendredi, de 8h00 à 20h00; le CHU et le Centre Eugène Marquis se partageant les vacations des radiologues. 
 
Une IRM spécifiquement adaptée au diagnostic et au bilan des cancers
Installée dans les locaux d’imagerie du Centre urgences réanimations du CHU de Rennes, l’IRM, fournira des clichés en 3 dimensions des organes. L’appareil est constitué d’un tunnel qui est  au centre d’un aimant très puissant – 1,5 Tesla soit 30 000 fois le magnétisme terrestre naturel – dans lequel passent les ondes radio. Les images produites sont reconstituées par ordinateur à partir  du signal obtenu. La sensibilité et la spécificité peuvent encore être améliorées par l’injection d’un produit de contraste, et ce particulièrement en cancérologie.  

L’équipement choisi par l’Institut Rennais de Cancérologie présente des performances élevées, en particulier par la présence d’hypergradients, pour permettre l’analyse fine des pathologies tumorales. Il offre ainsi une grande qualité d’image dans le dépistage, le diagnostic, le bilan et le suivi des pathologies cancéreuses ou pré-cancéreuses. Il permet aussi de guider avec une grande précision, des prélèvements par biopsie des tumeurs du sein.
Pour atténuer la dimension anxiogène de l’examen et le sentiment claustrophobique, le tunnel a été largement ouvert et son plafond lumineux crée l’illusion optique d’un véritable ciel.    
L’Institut Rennais de Cancérologie  
L’IRM a été acquise par les deux établissements dans le cadre groupement de coopération sanitaire « Institut Rennais de Cancérologie » pour un montant total d’1 million €. Au-delà de ses fonctions de gestion d’équipements d’intérêt commun nécessaires à ses activités, la structure composée du CHU de Rennes, du Centre Eugène Marquis et de la clinique mutualiste La Sagesse, assure la mission de pôle de référence régional en cancérologie.  
Parmi ses membres, le CHU de Rennes et le Centre Eugène Marquis collaborent étroitement à la prise en charge des patients. Des réunions multidisciplinaires regroupant des experts (oncologues, chirurgiens, imageurs…), des deux établissements, analysent chaque cas particulier afin de proposer le meilleur traitement. Ainsi en 2012, plus de 13 700 patients atteints de tumeurs gynécologiques ou mammaires, cutanées, digestives ou urinaires, thyroïdiennes, thoraciques, ou hématologiques ont bénéficié de cette expertise. L’Institut Rennais de Cancérologie constitue également un cadre de collaboration des professionnels médicaux et non médicaux dans le domaine de la recherche et de l’enseignement en cancérologie. Les professionnels coopèrent dans les activités de soins (diagnostiques et cliniques) suivantes : l’oncologie médicale, chirurgicale, radiothérapique, biologique, la médecine nucléaire oncologique et l’hémato- cancérologique. Les coopérations répondent également aux besoins des patients dans le domaine des soins de supports, de la prévention et du dépistage.   
L’Institut Rennais de Cancérologie traite tous types de cancer. Pour les pathologies complexes, des soins de haute technicité sont dispensé grâce à l’association de toutes les expertises en chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, curiethérapie, immunologie.   

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.