Cancer : l’unité de médecine ambulatoire rassemble 5 spécialités

Rassembler en un même lieu cinq spécialités médicales en procédant au transfert total de l'activité ambulatoire d'une d'entre elles (hématologie) et en y adjoignant une partie de l'activité de quatre autres (gastro-entérologie, maladies respiratoires, dermatologie, médecine interne) représentait un indéniable défi. Il a été relevé le 5 novembre 2007 avec la création de l'unité de médecine ambulatoire (UMA) à orientation oncologie.

Rassembler en un même lieu cinq spécialités médicales en procédant au transfert total de l’activité ambulatoire d’une d’entre elles (hématologie) et en y adjoignant une partie de l’activité de quatre autres (gastro-entérologie, maladies respiratoires, dermatologie, médecine interne) était un indéniable défi. Il a été relevé le 5 novembre 2007 avec la création de l’unité de médecine ambulatoire (UMA) à orientation oncologie.

Située au 1er étage du CHU Robert Debré, l’UMA occupe un espace entièrement rénové et repensé qui accueille en journée du lundi au vendredi les patients : couleurs joyeuses, luminosité, mobilier adapté, possibilité de disposer d’un lit et si les patients le souhaitent, de pouvoir regarder la télévision ou d’échanger avec d’autres malades dans la salle de convivialité… L’architecture intérieure a été pensée pour offrir les meilleures conditions de confort.

Coordonné par le Pr Olivier Bouché, assisté du Dr Lidia Petit, ce centre de responsabilité inter-pôle composé fonctionne en étroite collaboration avec le pôle «digestif-endocrinologie», le pôle «thoracique, cardiaque, vasculaire» et le pôle «médecines».
Il reçoit le concours de 12 de leurs praticiens, de neuf infirmières, quatre secrétaires, une aide-soignante et d’un agent de service hospitalier, encadrés par Mme Appert-Fache.

Créé pour mutualiser les réponses en matière de soins et offrir un cadre d’accueil agréable aux patients, l’unité de médecine ambulatoire a aussi pour objectif de réduire au maximum le temps que passe le patient dans l’établissement dans le respect de la déontologie et des besoins liés à sa pathologie. L’importante préparation réalisée en amont de l’ouverture a permis d’harmoniser les pratiques et d’optimiser les soins et les moyens.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.