Cancer – Lymphome : un espoir pour supprimer les effets indésirables de la chimio

Comment combattre les effets indésirables de la bléomycine, chimiothérapie efficace dans certaines formes de cancer mais présentant un risque de toxicité pour les poumons dans environ un tiers des cas ? Des équipes du service de pneumologie du CHU Dijon Bourgogne et de l’Inserm ont expérimenté un dérivé de cette molécule. Les résultats encourageants de leur évaluation préclinique viennent d’être publiés dans la revue américaine “Science Translational Medicine", en février 2016.
Comment combattre les effets indésirables de la bléomycine, chimiothérapie efficace dans certaines formes de cancer mais présentant un risque de toxicité pour les poumons dans environ un tiers des cas ? Des équipes du service de pneumologie du CHU Dijon Bourgogne et de l’Inserm ont expérimenté un dérivé de cette molécule. Les résultats encourageants de leur évaluation préclinique viennent d’être publiés dans la revue américaine“Science Translational Medicine", en février 2016.
Les patients atteints de lymphome ou de certaines autres formes de cancer reçoivent aujourd’hui un traitement à la bléomycine. L’efficacité de ce protocole ancien est largement reconnue. Cependant, dans plus de 30% des cas, la bléomycine engendre des complications pulmonaires, telle la fibrose, dont la gravité est proportionnelle au temps et/ou au degré d’exposition. Ce risque pourrait disparaître en utilisant un dérivé de la bléomycine : la bléomycine déglycosylée, c’est-à-dire diminuée de sa structure sucrée. Telle est la conclusion de l’évaluation préclinique a été menée par les équipes du CHU Dijon Bourgogne et laboratoire de l’Inserm U866 “Lipides, Nutrition, Cancer”, conduite sous l’égide du Pr Bonniaud et du Dr Garrido du service de pneumologie.

S
elon les chercheurs, la bléomycine déglycosylée garantit l’effet anti-tumoral de la chimiothérapie initiale tout en évitant le risque de toxicité pulmonaire.
Ces résultats sont des plus prometteurs. S’ils étaient confirmés à l’avenir dans le cadre d’une étude clinique, ils permettraient de proposer un traitement nouveau, toujours aussi efficace pour de nombreux cancers, mais sans risque d’effet secondaire toxique pour les poumons. L’équipe mène actuellement des démarches pour produire des quantités suffisantes de bléomycine déglycosylée répondant à des normes de qualité qui lui permettront de mener à bien des essais cliniques. 
La sélection de cette étude dans la rubrique recherche en cancérologie de la revue Science Translational Medicine (édition du 17/02/2016) confirme l’intérêt des travaux. Cette publication atteste aussi l’expertise du service de pneumologie en matière de lutte contre la fibrose pulmonaire et sa connaissance hautement spécialisée sur la toxicité pulmonaire des médicaments

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.