Cancer : Nantes-Angers associés pour mieux comprendre la résistance au traitement

Approfondir l’analyse de la tumeur pour prédire le diagnostic et mieux cibler les cellules cancéreuses dans leur environnement à toutes les étapes du parcours de soin du patient. Telle est la une nouvelle piste explorée par des chercheurs nantais et angevins qui associent leurs équipes et leurs moyens pour lutter contre l’échec thérapeutique du myélome multiple et du cancer du sein. Présenté par un consortium régional « ILIAD » est la contraction d’ »Imaging and Longitudinal Investigations to Ameliorate Decision-making in multiple myeloma and breast cancer ». Ce projet de recherche figure parmi les huit études sélectionnées par un jury international au terme de la nouvelle vague de labellisation par l’INCa, en décembre 2017. Son approche originale intègre des dimensions translationnelles et cliniques et son organisation s’appuie sur des expertises multiples et des structures collectives… Explications
Approfondir l’analyse de la tumeur pour prédire le diagnostic et mieux cibler les cellules cancéreuses dans leur environnement à toutes les étapes du parcours de soin du patient. Telle est la une nouvelle piste explorée par des chercheurs nantais et angevins qui associent leurs équipes et leurs moyens pour lutter contre l’échec thérapeutique du myélome multiple et du cancer du sein. Présenté par un consortium régional « ILIAD » est la contraction d’ "Imaging and Longitudinal Investigations to Ameliorate Decision-making in multiple myeloma and breast cancer". Ce projet de recherche figure parmi les huit études sélectionnées par un jury international au terme de la nouvelle vague de labellisation par l’INCa, en décembre 2017.
Son approche originale intègre des dimensions translationnelles et cliniques et son organisation s’appuie sur des expertises multiples et des structures collectives… Explications
Fondé sur une étude fonctionnelle et longitudinale du phénotype tumoral et du microenvironnement ILIAD  regroupe trois programmes de recherche :
1. Développer des outils de médecine nucléaire et des tests biologiques pour prédire le pronostic et développer des approches ciblées et personnalisées innovantes,
2. Combattre la résistance sous un angle fonctionnel en explorant simultanément les cellules tumorales et leur micro-environnement pendant le traitement,
3. Développer des outils prédictifs de la qualité de vie durant le parcours de soins et de retour au travail à la fin du traitement anti-tumoral.
A terme, ces études doivent notamment permettre l’identification de nouveaux biomarqueurs, de nouvelles modalités d’imagerie ou encore l’utilisation d’outils de e-santé pour prédire le retour au travail après traitement de cancer et améliorer la qualité de vie des patients.

Un regroupement d’expertises

Le site de recherche intégrée sur le cancer (SIRIC) ILIAD est un consortium régional porté par le groupement de coopération sanitaire (GCS) Irecan qui associe le CHU de Nantes, l’Institut de Cancérologie (ICO) et le CHU d’Angers. Il a pour partenaires l’INSERM (les équipes du Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers-CRCINA- et de l’unité ESTER), le cyclotron Arronax, l’école Centrale de Nantes, les deux universités de Nantes et Angers et Atlanpole. 
Le SIRIC ILIAD est porté par le Professeur Philippe Moreau, chef de service de l’hématologie au CHU de Nantes directeur du projet, accompagné du Professeur Mario Campone, directeur général de l’ICO, en qualité de co-directeur.

Une démarche collective – médecins, chercheurs, enseignants, patients et associations de patients – pour bénéficier du plus haut niveau d’expertise

Le projet ILIAD s’appuiera sur les plateformes technologiques du site Nantes-Angers, et bénéficiera des expertises médicales et scientifiques en médecine nucléaire, oncologie, hématologie, sciences humaines et sociales, épidémiologie, chimie, physique et mathématiques, rassemblées au sein de 36 équipes et de 9 établissements. Ce consortium interdisciplinaire utilisera les résultats de programmes de recherche clinique et translationnel déjà en cours et financés lors d’appels d’offres nationaux ayant permis d’établir des cohortes et des bases de données cliniques ou biologiques, et développera de manière prospective de nouveaux programmes en médecine nucléaire, oncologie, hématologie et sciences humaines et sociales. Le projet place le patient au cœur de sa stratégie et sera développé en lien étroit avec des associations de patients telles que l’AF3M (Association nationale des patients porteurs de myélome) et EUROPA DONNA (association de patientes porteuses de cancer du sein).

Focus : qu’est ce qu’un SIRIC ?

L’Institut National du Cancer (INCa) a instauré une politique compétitive de labellisation de sites de recherche intégrée sur le cancer (SIRIC) visant à donner une forte impulsion à la recherche pluridisciplinaire de haut niveau à l’image des Comprehensive Care Center américains. Leur objectif : offrir à la recherche en cancérologie dans toutes ses composantes de nouvelles conditions opérationnelles, afin d’optimiser et d’accélérer la production de nouvelles connaissances et de favoriser leur diffusion et leur application dans le traitement des cancers. 
Les SIRIC réunissent des services médicaux, des équipes de recherche multi-disciplinaire (clinique, biologique, technologique, épidémiologique, sciences humaines, économiques et sociales et santé publique) et des ressources et services communs performants. Ensemble, ces composants doivent permettre la réalisation de programmes intégrés de recherche pluridisciplinaire.
Au terme d’un appel à candidatures national lancé par l’INCa en avril 2017 et après examen de 16 dossiers un comité international de 14 experts présidé par les Professeurs Elisabete Weiderpass Vainio et Samir Kheif a sélectionné 8 projets. Le financement des SIRIC est assuré par le ministère de la Santé, l’INCa et l’Inserm et le label est attribué pour cinq ans.

Chiffres clés de la cancérologie publique Nantes/Angers

CHU de Nantes
Premier établissement de santé régional, le CHU de Nantes dispose d’une prise en charge complète des principales tumeurs hématologiques et solides de l’adulte et de l’enfant. Plus d’une vingtaine de services spécialisés mettent leur expertise médicale et scientifique au service de l’activité de cancérologie. Le CHU de Nantes assure ainsi une prise en charge complète en matière de cancérologie : prévention, diagnostic, traitement, soins de support et d’accompagnement… En 2016, ce sont 30 560 séjours qui ont été réalisés soit 20% de l’activité du CHU et 153 essais cliniques soit 63% de son activité de recherche. 
Le CHU de Nantes est le 1er centre français et le 4ème centre en Europe en termes de publications sur le myélome multiple.
ICO
L’Institut de Cancérologie de l’Ouest a accueilli 41 484 patients en 2016, sur ses 2 sites de Nantes (centre René Gauducheau) et Angers (centre Paul Papin). Il s’agit d’un des 18 Centres de Lutte Contre le Cancer de France, regroupés sous l’égide d’UNICANCER. L’ICO est le premier Centre de Lutte Contre le Cancer de province en nombre de patients pris en charge, le deuxième centre français en nombre de patients pris en charge pour un cancer du sein, et le premier centre français en termes de plateau technique de radiothérapie. Son activité de recherche compte 280 essais cliniques ouverts aux inclusions en 2016 dont 40 nouveaux essais de phase précoce. L’établissement regroupe 1 288 professionnels. 
L’ICO est le 2ème centre français en termes de publications sur le cancer du sein.
CHU d’Angers
Deuxième établissement hospitalo-universitaire des Pays de la Loire, le CHU d’Angers propose une prise en charge des tumeurs hématologiques et solides de l’adulte et de l’enfant.
En 2017, plus de 6 000 patients atteints de cancer y ont été pris en charge dont près de 5 000 patients en hospitalisation. Hématologie clinique, cancers bronchiques et oncologie digestive représentent près de 60 % de l’activité de cancérologie du CHU d’Angers. Les équipes de recherche angevines sont reconnues et mettent à disposition du projet ILIAD, à travers les travaux du Pr Yves Roquelaure, une expertise unique dans le domaine du retour à l’emploi après cancer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.