Cancer : Orléans se dote de 2 robots chirurgicaux

2 robots chirurgicaux pour un développement régional des traitements du cancer
 
La chirurgie est le principal traitement curatif des cancers, avec depuis le début des années 1990 l’émergence de techniques moins invasives permettant une guérison accélérée. C’est dans ce cadre que le CHR d’Orleans avait misé dès 2013 sur le développement de la chirurgie assistée par robot. Avec plus de 1 500 interventions à son actif soit 300 de plus que le projet médical initial le prévoyait, l’équipe chirurgicale pluridisciplinaire a dressé fin 2018 un bilan positif de cette chirurgie mini-invasive.
 
Outre l’amélioration sensible de la qualité des soins, constatée sur l’ensemble des procédures pratiquées (diminution des saignements, des douleurs et complications post opératoires et de la durée d’hospitalisation), l’utilisation du robot participe à la révolution que connait l’activité chirurgicale du CHR d’Orléans : développement de la chirurgie ambulatoire, des programmes de récupération améliorée après chirurgie (RAAC), de la démarche patient debout… tout concourt à repenser le parcours patient pour un séjour d’hospitalisation le plus bref possible et dans le respect de sa dignité. 
 
Pour compléter ce programme, le CHR a fait le choix d’acquérir 2 nouveaux robots Da Vinci X (4ème génération). Leur mise en fonctionnement en mars prochain permettra à l’établissement de conforter la chirurgie robotisée pour les spécialités déjà développées – urologie, chirurgie digestive, thoracique et gynécologique – augmentant par là-même le nombre de patients bénéficiaires, d’étendre son domaine d’application à de nouvelles disciplines (ORL, chirurgie pédiatrique), et surtout d’ouvrir cette expertise à toutes les équipes chirurgicales du nord de la région Centre-Val de Loire.
 
En effet, si l’un des robots dernière génération vient remplacer le robot existant, le système robotique supplémentaire sera accessible aux équipes chirurgicales d’autres établissements, publics comme privés, dans le cadre du GHT bien-sûr mais également de GCS, telles que celles de La clinique de l’Archette à Olivet ou du centre hospitalier de Blois.
 
Epicentre européen de chirurgie robotique, le CHR contribuera non seulement à l’apprentissage des chirurgiens concernés mais également à la formation des IBODES grâce à la reproductibilité de son module d’enseignement robotique construit avec l’Institut de formation paramédicale d’Orléans.
 
Enfin, attirer les jeunes chirurgiens formés en fin de cursus à la pratique de la chirurgie robot-assistée est sans doute l’ultime objectif de cette stratégie volontaire, partagée par l’équipe chirurgicale et la direction générale, dans un contexte budgétaire tendu. 
 
Le CHR a choisi d’acquérir le Da Vinci X pour ses nombreuses qualités :  une vision 3D HD amplifiée,  une caméra plus ergonomique,  un repérage précis des tumeurs par fluorescence,  un agrafage plus performant,  une console encore plus confortable. Le robot Da Vinci X est également et surtout un système adaptable et évolutif. Le premier robot est arrivé en janvier et remplacera le robot actuel dès fin février. Quant au robot supplémentaire, il sera en fonctionnement fin mars.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.