Cancer : Orléans s’équipe de la 1ère tomothérapie HD de la région Centre

Le service d’onco-radiothérapie du CHR d’Orléans s’équipe d’un appareil dédié à la radiothérapie par modulation d’intensité (RCMI) nouvelle génération, la tomothérapie HD. Particulièrement indiquée dans les tumeurs complexes, les cancers ORL et de la prostate, la tomothérapie diminue les effets secondaires et les séquelles du traitement, en limitant au maximum l’exposition des tissus sains. Dans une région dépourvue de centre de lutte contre le cancer, le CHR d’Orléans

Le service d’onco-radiothérapie du CHR d’Orléans s’équipe d’un appareil dédié à la radiothérapie par modulation d’intensité (RCMI) nouvelle génération, la tomothérapie HD : une radiothérapie performante, guidée par l’image, qui adapte l’intensité du rayonnement aux caractéristiques de la tumeur et garantit un contrôle encore plus précis du traitement. Particulièrement indiquée dans les tumeurs complexes, les cancers ORL et de la prostate, la tomothérapie diminue les effets secondaires et les séquelles du traitement, en limitant au maximum l’exposition des tissus sains. Dans une région dépourvue de centre de lutte contre le cancer, le CHR d’Orléans offre à ses patients un plateau technique de même niveau que les structures hautement spécialisées. La 1ère tomothérapie HD a été réalisé le 11 mars 2014. Depuis près de 30 patients sont traités chaque jour.
Le fonctionnement de la tomothérapie
La tomothérapie de dernière génération associe un dispositif de radiothérapie avec modulation d’intensité à un scanner 3D pour cibler de façon très précise la tumeur et moduler l’intensité de l’irradiation selon sa forme et sa profondeur. Il est ainsi possible de traiter différentes zones de quelques centimètres de longueur jusqu’à 1m60 sans interruption et en un seul passage.
La préparation du traitement nécessite de nombreux calculs informatiques : la dosimétrie. Puis, au début de chaque séance, la machine réalise un scanner de vérification, ce qui permet un traitement guidé par cette imagerie et adapté en permanence à l’évolution de la tumeur.
Le traitement s’effectue en spirale pendant que la table de traitement avance doucement. Une séance dure en moyenne 20 minutes soit à peine plus longtemps qu’avec un accélérateur classique. Le nombre de séances varie selon l’indication.
Un traitement plus efficace avec moins de séquelles
Grâce à l’intégration des capacités d’imagerie et de traitement dans le même équipement, le traitement est personnalisé, adapté de façon très précise à la conformation de la tumeur afin de minimiser l’irradiation des zones non tumorales. Le guidage très précis suit l’image scanner 3D de la zone traitée.
Une précision synonyme de diminution des effets secondaires immédiats, des séquelles des traitements, et donc une meilleure qualité de vie.
Cette tomothérapie permet aussi d’envoyer des doses plus importantes dans les tumeurs et donc d’augmenter les chances de guérison.
Une offre de référence en cancérologie
Le CHR d’Orléans est le premier établissement de la région Centre à être doté d’une tomothérapie HD. Avec ses deux accélérateurs actuels ultra modernes, il propose dorénavant la radiothérapie par modulation d’intensité sur toutes ses machines, pour une réduction sensible des effets secondaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.