Cancer – radiothérapie : l’hyper précision du CyberKnife®

4ème machine installée en France et 1ère dans un CHU, le CyberKnife® de Tours est opérationnel depuis le 14 juin 2010. Capable d'intervenir sur des tumeurs de moins de 5 cm dans tout le corps le Cyberknife traitera 200 à 300 patients présentant des lésions intracraniennes primitives ou secondaires, des tumeurs du poumon, du foie, des vertèbres, du pancréas, de la prostate et du sein. Son système robotisé télécommandé par ordinateur permet d'administrer une dose élevée de rayonnement. Le traitement peut être renouvelé durant une à cinq séances pratiquées en ambulatoire.Pour acquérir cet équipement hautement performant, le CHU de Tours a investi plus de 6 millions d'euros (dont 4,3 millions d'euros pour l'achat et 1,5 million d'euros pour l'aménagement des locaux dont les murs peuvent atteindre, 1,5m d'épaisseur.)

4ème machine installée en France et 1ère dans un CHU, le CyberKnife® de Tours est opérationnel depuis le 14 juin 2010. Capable d’intervenir sur des tumeurs de moins de 5 cm dans tout le corps le Cyberknife traitera 200 à 300 patients présentant des lésions intracraniennes primitives ou secondaires, des tumeurs du poumon, du foie, des vertèbres, du pancréas, de la prostate et du sein. Son système robotisé télécommandé par ordinateur permet d’administrer une dose élevée de rayonnement. Le traitement peut être renouvelé durant une à cinq séances pratiquées en ambulatoire.Pour acquérir cet équipement hautement performant, le CHU de Tours a investi plus de 6 millions d’euros (dont 4,3 millions d’euros pour l’achat et 1,5 million d’euros pour l’aménagement des locaux dont les murs peuvent atteindre, 1,5m d’épaisseur.)

Bénéfice pour le patient .
Les tissus sains sont préservés grâce à une précision exceptionnelle de 2 à 3 mm par rapport à la position de référence. Au moindre décalage dû, par exemple, aux mouvements respiratoires le bras robotisé sur lequel est monté l’accélérateur va se déplacer pour corriger en temps réel le positionnement du faisceau. La toxicité du produit est donc très limitée. Autre avantage, les complications sont plus rares qu’avec la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie (qui concerne plus de 60% des patients souffrant d’un cancer) ou la radiochirurgie classique.

Déroulement des soins
Avant de procéder au traitement d’une tumeur par le système CyberKnife®, il faut en déterminer la taille, la forme et l’emplacement exact. La première étape du traitement est donc la réalisation de clichés de la tumeur par tomodensitométrie haute résolution standard ou, pour certaines tumeurs plus difficiles d’accès, par d’autres techniques d’imagerie (IRM, angiographie ou TEP).
Planification : Préparer l’intervention
À la suite de ces examens, les données d’imagerie sont transférées numériquement au poste de planification du traitement du Système CyberKnife®, d’où le médecin traitant identifie les taille, forme et emplacement exact de la tumeur à cibler ainsi que les structures vitales adjacentes à éviter. Un médecin qualifié et/ou un radiothérapeute utilise alors le logiciel CyberKnife® pour mettre au point un plan de traitement qui définira la dose de rayonnement qui sera délivrée à la tumeur lors du traitement ainsi que les différentes trajectoires choisies afin de cibler la tumeur tout en évitant d’endommager les tissus sains environnants. Dans le cadre du plan de traitement, le logiciel de planification propriétaire du Système CyberKnife® détermine la durée et les angles d’administration des faisceaux de rayonnement.
Traitement : Un rendez-vous comme les autres
Au cours d’une procédure CyberKnife®, le patient est confortablement installé sur la table de traitement. Aucune anesthésie n’est nécessaire car la procédure est non invasive et indolore. Selon le type de tumeur à traiter, l’exposition aux rayonnements dure en général entre 30 et 90 minutes et inclut l’administration de 100 à 200 faisceaux de rayons depuis différentes directions (le robot tourne autour du patient), chacun durant de 10 à 15 secondes. Le traitement peut être réalisé en 1 à 5 séances. Avant l’administration des faisceaux, le système acquiert de nouvelles images radiologiques et les compare aux clichés originaux. Cette approche centrée sur le guidage par imagerie détecte, suit et corrige en continu le mouvement du patient et de la tumeur tout au long du traitement pour garantir un ciblage ultra précis. En général, le patient quitte le centre médical immédiatement après
la fin de la procédure.
Suivi du patient
Le plus couramment, une tomodensitométrie ou un IRM est réalisé dans les semaines ou les mois qui suivent le traitement afin de confirmer la destruction et l’éventuelle élimination de la tumeur ciblée.

Le Système CyberKnife mis au point par la société Accuray associe une technologie de guidage par imagerie continue à un accélérateur linéaire compact capable de se déplacer dans l’espace selon un plan de traitement défini en amont de l’intervention. Ce système dit de « robotique intelligente » est capable de traiter des tumeurs extra- et intracrâniennes en dirigeant de façon très précise les rayonnements de très haute intensité directement vers la tumeur tout en suivant les possibles mouvements de celle-ci en temps réel. La précision unique du Système dans le traitement des tumeurs, que celles-ci soient statiques ou mobiles, permet de préserver les tissus
sains et les organes vitaux.
Le Système CyberKnife est beaucoup plus qu’une alternative non invasive à la radiochirurgie conventionnelle, qui, elle, ne permet de traiter que les lésions intracrâniennes ou lésions cervicales hautes. Par ailleurs, le Système CyberKnife ne nécessite pas l’utilisation de cadres rigides aussi appelés « cadres stéréotaxiques » fixés au crâne du patient pour l’immobiliser et ainsi cibler la tumeur de façon précise.
Le Système de Radiochirurgie Robotisée CyberKnife permet non seulement de cibler partout dans le corps des tumeurs difficilement accessibles par les moyens de chirurgie conventionnels voire inopérables, mais aussi de préserver la qualité de vie des patients. Il ne requiert en effet aucune anesthésie, est indolore et peut être réalisé en consultation externe.
Depuis le lancement de la première génération de Systèmes CyberKnife en 1987, Accuray a installé plus de 200 Systèmes CyberKnife dans le monde1. Ces appareils ont déjà permis de traiter plus de 90 000 patients dont environ 1 300 en France. L’installation des Systèmes CyberKnife et la formation des personnels amenés à les manipuler permettent à Accuray de développer une relation privilégiée avec ses clients. L’écoute des utilisateurs et des patients représente en effet une source intarissable d’informations que les équipes d’Accuray exploitent de façon régulière afin de continuellement améliorer le Système CyberKnife en le rendant ainsi toujours plus simple d’utilisation pour les professionnels de santé, plus efficace et moins contraignant pour les patients.

Coût du Cyberknife
Achat Cyberknife : 4 340 000 €
Maintenance annuelle : 500 000 €
Achat du scanner de repérage (Scanner + station + lasers de simulation virtuelle) : 480 000 €
Maintenance annuelle : 60 000 €
Achat de matériels de radiophysique : 50 000 € – Pas de maintenance.
Achat de mobiliers : 20 000 €
Travaux : 1 500 000
TOTAL : 4 390 000 €
Ce montant concerne exclusivement l’Investissement (avec indication du coût en maintenance).
L’activité induit ensuite des dépenses d’exploitation qui peuvent s’avérer non négligeables comme par exemple l’achat par la Pharmacie de matériels de contention ou de grains d’or utilisés comme points de repère pour certains traitements (environ 20 000 € par an)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.