Cancer : un nouveau TEP-Scan pour améliorer le diagnostic au CHR d’Orléans

Avec ce nouvel équipement, le service de médecine nucléaire du CHR d'Orléans se dote d'un outil de pointe pour le dépistage, l'évaluation et le suivi des traitements anticancéreux.
Avec ce nouvel équipement, le service de médecine nucléaire du CHR d’Orléans se dote d’un outil de pointe pour le dépistage, l’évaluation et le suivi des traitements anticancéreux
Biograph mCT Flow™ 64 coupes: tel est le nom du nouveau TEP scan qui enrichit aujourd’hui le plateau technique du service de médecine nucléaire du centre hospitalier régional d’Orléans. Cet appareil de dernière génération apporte à la fois une amélioration des informations recueillies et un plus grand confort pour le patient. 
Une ceinture thoracique permet de synchroniser la réalisation des images avec les mouvements respiratoires afin d’éliminer le flou lié à la respiration. De même, le déplacement continu et fluide de la table sur laquelle est allongé le patient rend l’image plus précise et limite les douleurs chez les sujets les plus fragiles.
Un diagnostic plus précis et un meilleur confort pour le patient
Le dispositif facilite ainsi le diagnostic des tumeurs, même très petites, et la recherche d’éventuelles métastases. Son utilisation dans le suivi thérapeutique permet de mieux évaluer l’efficacité des traitements.
Le confort du patient est également renforcé par un anneau plus spacieux et un éclairage d’ambiance qui rendent l’examen moins contraignant. Enfin la durée de celui-ci est sensiblement diminuée. En routine une vingtaine de patients par jour pourront ainsi en bénéficier.
Le nouveau TEP Scan permet d’éliminer dans la réalisation des images le flou lié à la respiration du patient
Avec cette nouvelle machine, le plateau d’imagerie du service de médecine nucléaire dispose désormais de deux TEP Scan, deux gamma-caméras couplées à des scanners ainsi que d’une caméra numérique (CZT) dédiée aux explorations cardiologiques. L’ensemble de ces appareils optimise les doses délivrées tout en améliorant la prise en charge des patients et de leurs pathologies. 
Une attention particulière a été apportée à la durée des examens. Au-delà du confort du patient, la diminution du temps d’examen, à la qualité supérieure, raccourcit mécaniquement les délais de rendez-vous, de sorte de mieux répondre aux besoins de la population. Enfin, le CHR a mis en place un système informatique pour rendre possible la visualisation en ligne des images et des comptes rendus par le médecin du patient et bientôt par le patient lui-même.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.