Cancer, un système innovant adopté en anatomie pathologique à Rennes

Couplant numérique et IA, la nouvelle solution adoptée par les services d’anatomie pathologique du CHU de Rennes améliore la qualité et la fiabilité des diagnostics ainsi que leur partage en temps réel entre toutes les équipes. Une première en France, rendue possible grâce au Fonds Nominoë et à son millier de donateurs !

Couplant numérique et IA, la nouvelle solution adoptée par les services d’anatomie pathologique du CHU de Rennes améliore la qualité et la fiabilité des diagnostics. Elle facilite aussi le partage des avis en temps réel entre toutes les équipes. Une première en France, rendue possible grâce au Fonds Nominoë et à son millier de donateurs !
 « Ce projet a été jugé très pertinent par les membres du Conseil d’Administration parce qu’il permet un gain de temps et d’efficience pour diagnostiquer et traiter des maladies à potentiel évolutif rapide. Autre atout important, ce système, en autorisant un partage du diagnostic en temps réel avec les équipes médicales du CHU et de la région, révolutionne les pratiques.» explique Véronique Anatole-Touzet, Présidente du Fonds Nominoë et Directrice Générale du CHU de Rennes.
Cette avancée technologique apporte une réponse efficace à la demande croissante d’examens anatomopathologiques du fait du vieillissement de la population et de l’augmentation croissante du nombre de cancers. Cette innovation pallie à la diminution du nombre de pathologistes particulièrement en Bretagne.

La construction d’une banque d’images numérisées

Chacune des lames d’histopathologie du CHU de Rennes doit, chaque année, être soigneusement préparée, analysée, diagnostiquée, rapportée et archivée. Des échanges pour avis, régionaux, nationaux voir internationaux, sont ainsi facilités. Nathalie Rioux-Leclercq, Chef de Service, précise : « l’intégration de ces systèmes innovants dans les services d’Anatomie Pathologique représente un formidable challenge. Le pathologiste qui est au coeur du diagnostic du cancer verra ses qualités de diagnostic facilitées et augmentées par l’aide que lui apportera les algorithmes d’intelligence artificielle en plein développement ».
Le système IntelliSite Pathology de Philips est destiné à l’utilisation diagnostic in vitro pour aider le pathologiste à visualiser, revoir et poser des diagnostics à partir des images numérisées de lames d’histopathologie. La solution comprend un scanner ultra-rapide, un système de gestion d’images ainsi qu’une suite d’outils informatiques permettant de gérer la numérisation, le stockage, la visualisation et le partage des images. Cette innovation est conçue pour répondre aux besoins des laboratoires à haut volume et faciliter l’expansion pour créer des réseaux virtuels dans plusieurs laboratoires de pathologie.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.