Cancéro : 46 médecins construisent l’avenir du Centre Régional

Consécration de l'entente historique entre le CHRU de Lille et le Centre de lutte contre le cancer Oscar Lambret, la première conférence médicale permanente du Groupement de coopération Sanitaire du Centre Régional de Référence en Cancérologie (G.C.S. « C.R.R.C.») se tient aujourd'hui, mardi 7 mars 2006. Elle réunit 46 médecins, 23 du CHRU de Lille et autant du Centre Oscar Lambret.

Consécration de l’entente historique entre le CHRU de Lille et le Centre de lutte contre le cancer Oscar Lambret, la première conférence médicale permanente du Groupement de coopération Sanitaire du Centre Régional de Référence en Cancérologie (G.C.S. « C.R.R.C.») se tient aujourd’hui, mardi 7 mars 2006. Elle réunit 46 médecins, 23 du CHRU de Lille et autant du Centre Oscar Lambret.

L’ambition du GCS est d’offrir aux patients une prise en charge de qualité, des traitements de pointe et des équipements de haute technologie. La collaboration entre les équipes des deux établissements a fait naître une véritable culture de la concertation qui se traduit par l’optimisation des moyens existants et le développement de projets nouveaux et innovants.

Les axes forts du G.C.S. « C.R.R.C » porteront sur

– Le projet médical : la mise en cohérence des projets médicaux des deux établissements aboutit à l’élaboration d’un projet médical commun.

– Les plateaux techniques et les équipements lourds : optimisation des équipements existants et acquisition de nouveaux équipements en fonction des besoins émergents et des évolutions technologiques.

– Qualité et évaluation : amélioration de la qualité de la prise en charge en cancérologie, en référence au plan cancer et à la circulaire sur l’organisation des soins en cancérologie : consultation d’annonce, réunion de concertation pluridisciplinaire, programme personnalisé de soins, production de référentiels et de guides de bonnes pratiques. Des outils d’évaluation de ces pratiques seront mis en place pour juger de leur efficacité. Cette démarche sera menée en cohérence avec le travail réalisé au niveau du réseau régional de cancérologie.

– Information et communication : création d’un site internet à destination des professionnels et des patients de la région afin de leur présenter le Centre. En parallèle, les équipes travailleront sur le dossier de l’information médicale partagée et sur celui de la création d’un réseau d’images entre les deux établissements.

Le CHRU de Lille et le Centre Oscar Lambret vont entamer avec la Faculté de Médecine une réflexion dans le cadre d’un comité d’interface sur :

– Enseignement et formation
La démographie médicale est une préoccupation majeure, c’est pourquoi il est essentiel de disposer d’une vision prospective de la gestion des ressources humaines médicales. Cette projection sera complétée par l’élaboration d’un plan de formations médicales et non médicales.

– Recherche et pratiques innovantes
Dans ces domaines phares, les deux établissements veulent coordonner leurs actions et développer des projets. L’accent sera mis sur le développement de la recherche et de l’expérimentation clinique

Historique
Nouvelle entité dans le paysage sanitaire le Centre Régional de Référence en Cancérologie (C.R.R.C) est né d’une alliance entre le CHRU de Lille et le Centre de lutte contre le cancer Oscar Lambret. Fondé en 2004, le Groupement de Coopération Sanitaire officialise un partenariat de plus de cinq ans entre les équipes des deux établissements. A son actif une coopération exemplaire favorisant le développement d’activités innovantes, spécialisées et de pointe.

Ainsi, pour permettre une prise en charge de qualité pour les patients, les deux établissements partagent déjà :
– des plateaux techniques : Imageurs à Résonance Magnétique (IRM), Gamma-Knife (pour traiter des lésions intracrâniennes sans intervention chirurgicale), tumorothèque (cryopréservation d’échantillons tumoraux, voir explication), Tomographe à Emission de Positons (équipement d’imagerie performant qui nécessite l’utilisation de produits radioactifs, les isotopes), prochainement un deuxième équipement TEP sera installé avec à proximité immédiate un cyclotron (équipement qui produit les isotopes)
– des compétences : postes de praticiens hospitaliers et chefs de cliniques partagés, conventions de mise à disposition de personnels médicaux et non médicaux tels que radiothérapeutes, radiophysiciens, médecins hygiénistes, techniciens de recherche clinique.

Des actions concertées sont menées sur le développement des activités.

Les deux établissements répondent conjointement aux différents appels à projets et notamment ceux de l’INCa (Institut National du Cancer) afin de rendre cohérente la prise en charge des patients et d’optimiser les crédits qui sont accordés. Des projets communs ont ainsi été déposés en réponse aux appels à projets sur la tumorothèque*, l’oncogénétique, l’oncogériatrie, la recherche clinique, les techniques innovantes en radiothérapie.

L’Institut National du Cancer a décidé de soutenir le projet du GCS d’installation d’un Cyberknife. Il s’agit là d’un bel exemple de coopération qui permettra à la région Nord-Pas-de-Calais de faire partie des 3 premières régions en France à disposer d’un Cyberknife, équipement de haute technologie grâce auquel les patients de la région pourront accéder à des traitements innovants en radiothérapie

Voir le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.