Cancérologie : collaboration entre l’Université, le CHU et le CLCC

L'université Nice Sophia-Antipolis, le CHU et le Centre Antoine-Lacassagne de Nice ont signé un avenant à la convention constitutive du CHU pour renforcer leur collaboration en cancérologie, comme le prévoit la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), ont annoncé les partenaires.

L’université Nice Sophia-Antipolis, le CHU et le Centre Antoine-Lacassagne de Nice ont signé un avenant à la convention constitutive du CHU pour renforcer leur collaboration en cancérologie, comme le prévoit la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), ont annoncé les partenaires.

Cette première signature au niveau national s’inscrit dans la complémentarité déjà ancienne existant à Nice en matière de cancérologie, soulignent les trois organismes.

L’avenant a été signé mercredi par Albert Marouani, président de l’université Nice Sophia-Antipolis (UNS), Daniel Benchimol, doyen de l’UFR de médecine de l’UNS, Emmanuel Bouvier-Muller, directeur général du CHU, et Jean-Pierre Gérard, directeur général du Centre Antoine-Lacassagne (CRLCC de Nice). (voir suite de l’article dans l’espace Journaliste : dossier de presse)

Conformément à l’article 15 de la loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), cet avenant intègre, pour la cancérologie, le Centre Antoine-Lacassagne (centre régional de lutte contre le cancer de Nice) dans le CHU.

Cet article prévoit que « les unités de formation et de recherche de médecine, de pharmacie et d’odontologie ou, à défaut, les départements qui assurent ces formations concluent, conjointement avec les centres hospitaliers régionaux (…) et, le cas échéant, avec les centres de lutte contre le cancer, (…) les conventions qui ont pour objet de déterminer la structure et les modalités de fonctionnement du centre hospitalier et universitaire ».

Ce partenariat concerne aussi bien les projets médicaux, la formation initiale en continue, la recherche et l’innovation.

Albert Marouani s’est réjoui que cette collaboration en cancérologie s’étende du laboratoire de recherche fondamentale au lit du malade. « Cette association va permettre de renforcer la collaboration de ces trois instances dans le domaine de la recherche et de l’enseignement, dans celui de la nomination dans les postes universitaires et dans celui de l’organisation médicale avec l’élaboration, dès 2009, d’un projet médical commun en cancérologie entre le Centre Antoine-Lacassagne et le CHU de Nice ».

La signature de cette convention aura pour effet que le directeur du Centre Antoine-Lacassagne siègera, à titre d’invité permanent dans l’attente de la réforme des statuts, au sein du conseil de l’université et au sein du conseil d’administration du CHU de Nice lorsque des questions de cancérologie y seront évoquées, précise le CAC de Nice.

« Enfin, ce rapprochement permettra de renforcer le rayonnement de l’Université de Nice Sophia Antipolis puisque chacun des membres signataires rappellera, dans ses publications, son appartenance à cette université ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.