Cancérologie : un MOOC pour partager les progrès avec les patients

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris lance un MOOC (Massive Online Open Course) sur les innovations en cancérologie à destination des professionnels de santé, des patients et de leurs proches. L’institution comprend sa mission éducative au sens large « parce que les progrès en cancérologie nous concernent tous » expliquent les spécialistes dans une vidéo annonçant la formation en ligne.
L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris lance un MOOC (Massive Online Open Course) sur les innovations en cancérologie à destination des professionnels de santé, des patients et de leurs proches. L’institution comprend sa mission éducative au sens large « parce que les progrès en cancérologie nous concernent tous » expliquent les spécialistes dans une vidéo annonçant la formation en ligne.  
Du dépistage à la prise en charge thérapeutique des cancers, le MOOC s’articule autour de cinq sessions hebdomadaires, chacune abordant un type d’innovation spécifique : diagnostiques et chirurgicales, en oncologie médicale, radiothérapie et imagerie, en organisation, en biologie moléculaire et dans l’après cancer. Ce cours gratuit, ouvert à tous combine contenus vidéos, quizz ou exercices, et forums de discussion entre les participants et l’équipe pédagogique. 
Le MOOC débutera le 15 mars 2017. L’inscription se fait en ligne sur href= »http://www.upns.fr/mooc-innovations-en-cancerologie/inscription.php?action=inscription » target= »_blank »
Chaque séance se compose de diaporamas commentés et sonorisés, de vidéos, de quizz, avec la possibilité de partager des ressources entre participants. Les cours durent en moyenne 10-15 minutes et le temps de travail par semaine est estimé à environ deux heures, qui peuvent être réparties en plusieurs séances. Un quizz est proposé à la fin de chaque session. 
L’équipe pédagogique et scientifique réunit Christine Welty, le Pr Stéphane Culine, le Pr Philippe Grenier, le Pr Christophe Tournigand, le Pr Fabrice Lecuru, et le Pr Henri-Jean Philippe. Ce cours est réalisé par l’Unité de Pédagogie Numérique en Santé (UPNS), sous l’égide l’AP-HP et des universités partenaires, ,
L’AP-HP engagée dans le plan cancer 3 
L’éducation de tous figure parmi les engagements de l’ AP-HP pris dans le cadre du plan cancer 3. D’autres mesures mobilisent également l’institution comme la prise de rendez-vous dans des délais rapides pour qu’il n’y ait pas de perte de chances pour les patients. Entre 2014 et 2016, les délais pour une première consultation en oncologie médicale ont diminué de 7 jours et ceux pour la radiothérapie de 5 jours. Plusieurs centres de diagnostic rapide (sein, colon, poumon, foie, pancréas) ont également été ouverts dans ses hôpitaux. 
Elle a aussi mis en place une plateforme de préservation de la fertilité, qui permet désormais à tous malades concernés, adultes et enfants, un accès en 48h, 365 jours par an, à une consultation. Elle garantit aussi aux patientes traitées ou non à l’AP-HP, une possibilité de reconstruction mammaire, sans reste à charge. Elle s’est aussi attachée à structurer, tout en travaillant à un ancrage territorial, les parcours de soins et à adopter une approche par thématique d’organe (centres experts et centres associés). 
L’AP-HP a également investi 24 millions d’euros entre 2014 et 2016 pour moderniser les équipements de radiothérapie ou d’imagerie dans ses hôpitaux. L’accès à la recherche clinique (essais en oncologie) a progressé entre 2014 et 2015 de 45 %. L’AP-HP s’est aussi engagée dans les innovations en biologie moléculaire. 
Près de 59 000 patients, dont 38 000 nouveaux patients ont été pris en charge pour un cancer en 2015 à l’AP-HP, soit environ 1/3 des patients d’Ile-de-France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.