Cancérologie : le CHU de Montpellier et l’ICM s’associent autour d’une nouvelle plateforme d’analyses oncogénétiques

L’Institut du Cancer de Montpellier (ICM) et le CHU de Montpellier renforcent leur collaboration en matière de génétique moléculaire des cancers avec la mise en place d’une plateforme hospitalo-universitaire de biopathologie commune.
L’Institut du Cancer de Montpellier (ICM) et le CHU de Montpellier renforcent leur collaboration en matière de génétique moléculaire des cancers avec la mise en place d’une plateforme hospitalo-universitaire de biopathologie commune.
Compte tenu de leurs champs d’action communs et complémentaires en matière de cancérologie dans les domaines de l’enseignement, de la recherche et des soins de haute technicité, le CHU et l’ICM ont décidé de renforcer leur collaboration en matière de génétique moléculaire des cancers via un nouveau partenariat. Une nouvelle organisation des activités en oncobiologie va ainsi être mise en place et une plateforme hospitalo-universitaire de biopathologie commune sera effective dès le 1er juillet 2019.

Outils high-tech et séquençage à très haut débit

Cette plateforme sera équipée des outils et des technologies les plus récentes en matière de biologie moléculaire, tel que les outils de séquençage à très haut débit. Localisée au laboratoire de Biologie des Tumeurs Solides du CHU de Montpellier, elle aura pour fonction principale de réaliser les analyses d’oncogénétique moléculaires, activités dédiées au diagnostic et à la prise en charge thérapeutique des tumeurs solides de l’adulte. 

Un atout pour le développement de la recherche clinique

Ce partenariat vise également à renforcer l’activité de recherche des deux établissements en proposant aux cliniciens la mise en place de nouveaux tests biologiques basés sur des technologies innovantes, en répondant de manière commune à des appels d’offres aux niveaux régional et national, et en amplifiant leur politique de développement de recherche clinique par la réalisation d’études  s’appuyant sur l’utilisation de la plateforme.

La patient au cœur du projet

La véritable plus-value de cette plateforme réside dans la centralisation qu’elle propose avec une seule gouvernance, un mode de fonctionnement unique, et une organisation optimale dans la réalisation du séquençage, de l’analyse du génome et de la gestion des flux de données. Tout en répondant aux exigences d’une nouvelle organisation de la filière de soin génomique, cette nouvelle plateforme sera respectueuse des filières de soins actuelles, pour la plupart implantées depuis de très nombreuses années. De plus, elle permettra de poursuivre plus efficacement encore le développement et l’application d’une médecine prédictive, pronostique et personnalisée pour les patients.
Le patient est au cœur du projet de constitution de cette plateforme hospitalo-universitaire de biopathologie, tant au niveau de son parcours que des aspects réglementaires et éthiques. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.