Cancérologie : Un suivi personnalisé des patientes

Depuis plusieurs années, le service de gynécologie du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers assure le traitement chirurgical et chimiothérapique des patientes atteintes de pathologies gynécologiques cancéreuses.

Le nombre croissant de patients :
509 consultations d’oncologie en 1999 contre 399 l’année précédente, la difficulté de la prise en charge et la volonté de l’équipe d’assurer des soins et un suivi de qualité l’ont amené à élaborer un mode de fonctionnement original qui vise à optimiser les soins à chaque étape de la prise en charge.

L’infirmière référente

Chirurgien, chimiothérapeute, radiothérapeute étudient les dossiers au cours d’une réunion pluridisciplinaire et décident des traitements complémentaires. Aujourd’hui l’infirmière assiste à ces réunions afin de connaître parfaitement les dossiers. Elle note la décision prise par l’équipe afin de programmer immédiatement les différents rendez-vous.
Elle sera également présente à la consultation d’annonce du diagnostic apportant aussi les réponses aux différentes interrogations concernant les traitements et notamment la chimiothérapie ? si la patiente n’a pas osé s’en ouvrir au médecin.
Elle assiste également à la consultation de chimiothérapie, planifie les séances et commande les traitements en collaboration avec la pharmacie centrale qui en effectue la préparation.
C’est elle, enfin, qui accueille la patiente pour la séance de chimiothérapie, en étroite collaboration avec les aides-soignantes. Ainsi c’est une seule et même personne qui est présente tout au long du suivi, ce qui lui donne une plus grande proximité, une meilleure connaissance du dossier et une plus grande efficacité dans l’application du traitement.

A côté du tandem « médecin-infirmière » plusieurs autres professionnels interviennent pour assurer la meilleure prise en charge possible.

Un réseau de compétences

Une intervention médico-psychologique vient en complément de la prise en charge, en collaboration avec l’Unité de Consultations Médico-Psychologiques. L’infirmière en psychiatrie rencontre toutes les patientes pour lesquelles un diagnostic de cancer est posé.

Elle permet de dépister les souffrances psychologiques nécessitant l’intervention du médecin psychiatre. Les aides-soignantes ont été partie prenante dans ce projet. En effet, ce sont elles qui assurent, le jour de la cure, l’installation et le confort de la patiente. Tout un travail a été mené sur la personnalisation des menus afin de favoriser et stimuler l’appétit souvent perturbé par le traitement : possibilité de choisir ses plats, présentation plus agréable avec des assiettes et couverts de couleur?

Auteurs : Gislaine Marco, sage-femme cadre, Muriel Rogeon, sage-femme, Catherine Magnan, infirmière, Agnès Bertrand, infirmière, Marie-France Grégoire, aide-soignante et Martine Pasquiers, agent des services hospitaliers – service de Gynécologie-obstétrique du C.H.U. de Poitiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.