Canceropole Nord-Ouest : une initiative du G4

«Du Dépistage des Tumeurs à l'Innovation Thérapeutique» Les 10 millions d'habitants du Nord-Pas de Calais, de Picardie, de Haute et Basse Normandie sont plus souvent frappées et meurent davantage qu'ailleurs du cancer. Ces quatre régions ont donc décidé de participer à la mobilisation nationale contre le cancer et d'engager toutes leurs forces et leurs techniques pour améliorer la prise en charge des malades et développer la recherche sur cette maladie

«Du Dépistage des Tumeurs à l’Innovation Thérapeutique»
Les 10 millions d’habitants du Nord-Pas de Calais, de Picardie, de Haute et Basse Normandie sont plus souvent frappées et meurent davantage qu’ailleurs du cancer. Ces quatre régions ont donc décidé de participer à la mobilisation nationale contre le cancer et d’engager toutes leurs forces et leurs techniques pour améliorer la prise en charge des malades et développer la recherche sur cette maladie, en répondant à un appel d’offre lancé par le Ministère de la Recherche et des Nouvelles Technologies, et le Ministère de la Santé et de la famille pour la constitution d’une canceropole.

L’objectif de cette canceropole est de développer une recherche de niveau européen dont les acteurs et certains outils puissent être mis au service du malade, permettant l’optimisation du diagnostic et du traitement des cancers au sein d’une structure de type «canceropole Nord -Ouest».

Elle regroupe les 4 Centres Hospitaliers Universitaires Régionaux d’Amiens, de Caen, de Lille, de Rouen, sous le label G4, afin de favoriser l’émergence de projets communs pour la formation, les soins, la recherche et l’innovation médicale, et les Universités de Médecine et de Sciences. Il regroupe également les trois Centres de Lutte Contre le Cancer de Caen, Rouen et Lille, et les 2 fédérations de Cancérologie de Lille et Caen, les unités INSERM, le CNRS et l’Hôpital Erasme de Bruxelles (hôpital de l’Université Libre de Bruxelles).

Au sein de cette Canceropole, des priorités d’action ont été dégagées.
– L’organisation opérationnelle d’un réseau de Tumorothèques entre les différents sites.
– Le développement de nouveaux outils diagnostiques, pronostiques et prédictifs à la réponse aux traitements, outils pour le plus grand nombre utilisant l’analyse moléculaire de tumeurs collectées et conservées au sein des tumorothèques.
– L’optimisation du diagnostic moléculaire et de la prise en charge des formes héréditaires du cancer, en particulier du colon, du sein, de l’ovaire?
– L’innovation en chimie thérapeutique en particulier dans la recherche de nouvelles cibles moléculaires.
– Le développement de programmes de biothérapies anti-tumorales reposant sur l’immuno-stimulation par transfert de gènes dans des cellules présentatrices d’antigène.
– L’optimisation des technologies de radiothérapie conformationnelle et d’imagerie fonctionnelle.

Un projet élaboré par :
– le G4 (Groupement des CH et U d’Amiens, Caen, Lille et Rouen)
– les Centres de Lutte contre le Cancer de Caen, Lille et Rouen
– l’Hôpital Erasme de Bruxelles (hôpital de l’Université Libre de Bruxelles)

Pour plus d’informations, contactez Mr le Professeur Degand
Tél : 03 20 44 44 47

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.