Cancers hématologiques, nouvel espoir pour les patients en échec thérapeutique

Leucémie lymphoïde chronique, lymphome non hodgkinien : les résultats d’un nouveau traitement prometteur viennent d’être publiés dans le prestigieux New England Journal of Medecine. Le service d’hématologie clinique du Centre Hospitalier Lyon-Sud (Hospices Civils de Lyon) a joué un rôle majeur dans la conduite de ces deux études internationales.

Leucémie lymphoïde chronique, lymphome non hodgkinien : les résultats d’un nouveau traitement prometteur viennent d’être publiés dans le prestigieux New England Journal of Medecine. Le service d’hématologie clinique du Centre Hospitalier Lyon-Sud (Hospices Civils de Lyon) a joué un rôle majeur dans la conduite de ces deux études internationales.
Le but de ces essais était d’évaluer l’efficacité de l’Idelalisib, une nouvelle molécule inhibitrice de la prolifération des cellules cancéreuses et administrée par voie orale, dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique et du lymphome non hodgkinien.
Ces maladies du sang à progression lente sont traitées en première intention par chimiothérapie associée à la prise d’anticorps monoclonaux. Mais en cas d’échec thérapeutique ou de récidive, les patients n’avaient jusqu’alors que peu d’alternatives.
L’Idelalisib, dont les résultats sont très prometteurs, offre un nouvel espoir à ces patients. La molécule, hors protocole de recherche, devrait arriver en France à horizon 2015.
Chez les patients réfractaires atteints d’un lymphome non hodgkinien indolents, l’étude menée sur 125 patients a montré que l’Idelalisib utilisé seul avait une réponse positive chez 1 patient sur 2, avec comme conséquence principale une progression du taux de survie, 80% des patients étant en vie à un an. Les HCL sont le 1er centre français investigateur pour cette étude
Dans la leucémie lymphoïde chronique, l’étude menée sur 220 patients a été stoppée plus tôt que prévu tant les résultats ont montré d’impressionnants progrès dans la survie des patients. Associé au Rituximab, un anticorps monoclonal contre cette leucémie, l’Idelalisib a permis de diviser par 4
le risque de décès.
Grâce à l’organisation de sa recherche clinique, à l’implication de ses équipes et à sa stature de centre investigateur labellisé INCa de phase précoce (Clip2), le service d’hématologie clinique a joué dans ces essais dans ces essais multicentriques internationaux, faisant bénéficier les patients de la région Rhône-Alpes d’un accès facilité aux molécules et nouveaux traitements innovants.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.