Canicule : le point d’étape sur la mobilisation de l’AP-HP

Alors qu’un nouvel épisode de forte chaleur est prévu pour la fin de cette première semaine d'août, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris publie les chiffres d’activité de ses services d’urgences et 4 SAMU/centres 15 pour le mois de juillet 2018. Elle présente aussi les mesures prises et annonce la diffusion d'un bulletin quotidien.
Alors qu’un nouvel épisode de forte chaleur est prévu pour la fin de cette première  semaine d’août, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris publie les chiffres d’activité de ses services d’urgences et 4 SAMU/centres 15 pour le mois de juillet 2018. Elle présente aussi les mesures prises et annonce la diffusion d’un bulletin quotidien.
Le mois de juillet 2018 a été marqué par un premier épisode caniculaire et la survenue de plusieurs événements festifs tels que la victoire des Bleus lors de la Coupe du Monde de Football. Pour cette période, l’activité des quatre SAMU/centres 15 de l’AP-HP (75, 92, 93 et 94) a été légèrement plus élevée que la moyenne des 3 années précédentes. La fréquentation des services d’urgences de l’AP-HP pour le mois de juillet 2018 a également été légèrement plus importante par rapport au mois de juillet 2017 sans lien direct avec la canicule.

L’activité des urgences dans la moyenne de cette période de l’année

L’activité globale des services d’urgences de l’AP–HP se situe aujourd’hui dans les moyennes habituellement constatées à cette période de l’année avec des écarts selon les établissements, certains d’entre eux connaissant une activité plus soutenue.

Le taux d’ouverture de lits de médecine adultes en cette période de congés est de 69% pour la semaine du 6 août 2018 dans les établissements de l’AP-HP, comparable à celui des années précédentes.

Au niveau 2 du plan « hôpital en tension »

Les hôpitaux de l’AP-HP sont depuis le 1 août organisés selon le niveau 2 du plan « hôpital en tension ». Les équipes maintiennent leur vigilance et s’organisent pour accueillir un éventuel afflux de patients victimes de la canicule. En effet, si à ce stade il n’y a pas de suractivité liée à ce nouvel épisode de forte chaleur, ses impacts sanitaires pourraient se manifester dans les prochains jours. Le niveau 2 du plan « hôpital en tension » correspond à une veille renforcée et vise notamment à accélérer les sorties d’hospitalisation à l’approche du week-end.

Bilan de la 1ère vague de canicule

Au 1er août 2018, il était constaté une augmentation limitée du nombre de cas de pathologies liées à la chaleur vus aux urgences adultes en Ile-de-France les vendredi 27 et samedi 28 juillet (avec respectivement 19 cas et 9 cas répartis dans les 22 services d’urgences inclus dans cette surveillance), rapporte l’AP-HP. Depuis le dimanche 29 juillet, le nombre de cas est revenu à un niveau très bas habituel*. 
Le volume global des passages aux urgences adultes de l’AP-HP n’augmente pas au cours des derniers jours mais on observe une légère tendance à l’augmentation des passages de personnes âgées (>=75ans). Le nombre de passages de personnes âgées est un peu plus élevé que l’an dernier à la même période (+11%). A noter : les passages aux urgences de personnes âgées augmentent chaque année d’environ 2,5% à 3%.
Les passages aux urgences pédiatriques de l’AP-HP n’augmentent pas au cours des derniers jours. 

Comparaison du nombre de passages aux urgences avec 2017 dans 13 des 17 services d’urgences adultes de l’AP-HP (hors hôpitaux Ambroise Paré, Georges Pompidou, Jean Verdier et Lariboisière)(crédit AP-HP)
Evolution du nombre de dossiers de régulation médicale par rapport à 2017 dans 13 des 17 services d’urgences adultes de l’AP-HP (hors hôpitaux Ambroise Paré, Georges Pompidou, Jean Verdier et Lariboisière)(crédit AP-HP)

Climatiseurs mobiles et renforcement des stocks d’eau 

Les fortes chaleurs mettent à rude épreuve les installations techniques et notamment les groupes « froid ». Les équipes de maintenance multiplient quotidiennement les rondes de surveillance des matériels. Des climatiseurs mobiles ont été livrés pour soulager les chambres et les locaux les plus exposés. Les hôpitaux gériatriques disposent de salles rafraichies.
Les repas (patients/personnels) sont autant que possible adaptés aux fortes chaleurs et les stocks d’eau et de solutions de réhydratation ont été renforcés.

Mobilisation particulière des équipes des d’hospitalisation à domicile

Les équipes sont mobilisées pour les patients les plus vulnérables et une attention particulière est portée par les équipes de la HAD (Hospitalisation à Domicile) – AP-HP intervenant au domicile des patients pour accompagner le retour à domicile de certains patients et signaler d’éventuelles situations préoccupantes.

Vigilance quant aux conditions de travail des personnels

Enfin, une attention particulière est portée aux conditions de travail des personnels exposés à la chaleur (fourniture d’eau, de brumisateurs, de ventilateurs, de climatiseurs mobiles dans les espaces non climatisés ; aménagements horaires lorsque la continuité des soins le permet, adaptation de la fréquence des pauses …). Des points réguliers sont prévus avec les représentants des personnels dans cette période éprouvante également pour les équipes mobilisées auprès des patients. 
*source : Suivi des pathologies vues aux urgences hospitalières sur un échantillon régional ARS de 22 services AP-HP et hors AP-HP

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.