Canicule : Les CHRU ont su faire face

La Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires prend acte des conclusions du rapport réalisé dans le cadre de la mission commanditée par le Ministre de la Santé, Jean-François Mattei, et dirigée par le Docteur Lalande (IGAS). Le rapporteur insiste sur la réactivité des hôpitaux dans les circonstances de canicule d'août 2003, et ce, malgré les difficultés auxquelles ils ont à faire face.

La Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires prend acte des conclusions du rapport réalisé dans le cadre de la mission commanditée par le Ministre de la Santé, Jean-François Mattei, et dirigée par le Docteur Lalande (IGAS). Le rapporteur insiste sur la réactivité des hôpitaux dans les circonstances de canicule d’août 2003, et ce, malgré les difficultés auxquelles ils ont à faire face.

Les centres hospitaliers régionaux et universitaires qui représentent un tiers de l’hospitalisation publique ont rempli, avec l’ensemble des établissements publics, la mission que l’on attendait d’eux. Ce constat explicite effectué par une commission indépendante fait suite, en outre, aux remerciements que le Ministre de la Santé a personnellement adressés aux hospitaliers, lors d’une réunion le 2 septembre 2003 au Ministère de la Santé. En présence des divers acteurs, Jean-François Mattei a précisé que l’hôpital avait répondu « présent aux attentes de la population », indiquant que « les hospitaliers sont allés au bout d’eux-mêmes ». Le Ministre a rendu un hommage solennel à « leur compétence, leur dévouement et leur disponibilité ».

Alors que les Autorités dressent le bilan des victimes de la canicule et des améliorations indispensables du système de santé, la Conférence des Directeurs Généraux tient à souligner cet élément de satisfaction : l’institution hospitalière publique, et en son sein à leur juste place, les C.H.R-U, a pleinement assuré ses responsabilités malgré les tensions auxquelles elle est soumise dues à divers problèmes (RTT médicale et non médicale, pénurie de personnels médicaux et non médicaux, fortes tensions budgétaires…).

Conviée par la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins à deux nouvelles réunions, les 12 et 17 septembre 2003, afin de tirer les enseignements de ces évènements, la Conférence des Directeurs Généraux de CHRU, avec l’ensemble des partenaires de l’hospitalisation publique, apportera sa contribution aux débats. Elle considère à cet égard que l’on ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les structures d’amont (médecine libérale et permanence des soins), d’aval (soins de suite, structures d’hébergement et de soins pour personnes âgées) et sur les réseaux. Les CHR-U rappellent que l’efficience de leurs Services d’Urgences et de Médecine Gériatrique est largement tributaire de cet environnement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.