Votre navigateur ne supporte pas Javascript. Pour une meilleure navigation activez le javascript.
  • page facebook de reseau CHU
  • page Tweeter de reseau chu
  • abonnez-vous à nos flux RSS
Agrandir le texte Diminuer le texte

CAR T-CELLS: à Besançon, une nouvelle immunothérapie pour combattre le cancer du sang et de la moelle

CHU Besançon - mardi 05 février 2019. 1897 vu(s)

Réunion de chercheurs

Les chercheurs de l’Etablissement français du sang, de l'Inserm et du CHU de Besançon ont travaillé ensemble à l'élaboration de ce premier traitement de la leucémie myéloïde par Cart-cells ©CHU de Besançon

Des chercheurs de l’Etablissement français du sang ont intégralement conçu, en collaboration avec le service d’hématologie du CHU de Besançon, la première immunothérapie cellulaire ciblant IL1-RAP. L’efficacité démontrée de ce CAR T-cells «made in Franche-Comté» ouvre la possibilité de guérir la leucémie myéloïde chronique, ainsi que d’autres hémopathies. Des des résultats obtenus dans le cadre de l’unité mixte de recherche Inserm EFS de l’université de Franche-Comté* et publiés en janvier 2019 dans la revue américaine Cancer Research. 

La leucémie myéloïde chronique (LMC) est un cancer rare du sang et de la moelle (environ 600 nouveaux cas par an)  dont les premiers symptômes sont notamment la fatigue, la survenue de saignements, des douleurs ou une gêne abdominale.

Actuellement, le traitement standard de ces leucémies repose sur des inhibiteurs de tyrosine kinase. Ces traitements de thérapie ciblée «contiennent» la maladie sans toutefois la guérir, imposant aux patients en rémission un traitement à vie, non dépourvu d’effets secondaires. Certaines personnes se révèlent toutefois réfractaires au traitement et connaissent malgré ceux-ci une progression de la maladie.

Pour comprendre cette «résistance», des études ont été menées et ont mis en évidence l’existence d’une protéine IL1-RAP, fortement exprimée par les cellules leucémiques. Ces cellules leucémiques, insensibles aux traitements inhibiteurs de tyrosine kinase sont en partie à l’origine des rechutes en cas d’arrêt ou d’intolérance au traitement.

L'emploi des CAR T-cells ouvre les perspectives de guérison

Le Dr Fabrice Larosa, hématologue au CHU de Besançon, clinicien référent de la LMC et allogreffeur, s’est associé aux Drs Christophe Ferrand et Marina Deschamps, chercheurs à l’Etablissement français du sang. Avec leurs collaborateurs, dont le Dr Walid Warda, dans le cadre de son doctorat, ils ont axé leurs recherches sur la guérison de la LMC, et non sa rémission, espérant à terme pouvoir s’affranchir des traitements par inhibiteurs de tyrosine kinase. Pour cela, ils ont ciblé la protéine IL1-RAP en recourant à l’immunothérapie par CAR T-cells.

Les CAR T-cells sont des médicaments de thérapie innovante, élaborés à partir de composants du vivant. Des lymphocytes T sont prélevés au patient et génétiquement modifiés en laboratoire: grâce à la thérapie cellulaire et génique, ils sont dotés de récepteurs CAR (pour Chimeric Antigen Receptor) qui les guident précisément vers les cellules cancéreuses afin de les détruire.

Une publication dans Cancer Research et le dépôt d'un brevet

Les chercheurs bisontins ont donc construit et validé de nouveaux récepteurs CAR afin d’en doter les lymphocytes T, pour générer des CAR T-cells propres au patient et ciblant la protéine IL1-RAP. Ils ont pour cela produit un anticorps monoclonal anti-IL1-RAP, à partir duquel ils ont pu construire le récepteur chimérique CAR. Ils ont démontré que les lymphocytes T, armés de leur nouveau récepteur CAR, étaient capables in vitro de tuer les cellules leucémiques de patients, et d’éliminer in vivo des tumeurs implantées dans des souris humanisées. Ils ont montré également une toxicité réduite sur les tissus sains et sur les mécanismes impliqués dans la production des diverses cellules sanguines (hématopoïèse). Enfin, les chercheurs ont doté le CAR T-cells d’un gène suicide (interrupteur « on-off »), permettant d’éliminer les cellules médicaments en cas de complications.

La preuve de l’efficacité de cette approche d’immunothérapie originale utilisant des lymphocytes T pour cibler IL-1RAP a été établie en laboratoire et a fait l’objet d’une publication, en janvier 2019, dans la prestigieuse revue scientifique américaine Cancer Research. Un brevet international a également été déposé.

Un espoir pour les patients réfractaires ou intolérants au traitement actuel

Un médicament de thérapie innovante pourrait naître de ces travaux, concernant en premier lieu les patients réfractaires ou intolérants aux traitements habituellement prescrits. Plus largement, il pourrait remplacer le traitement par inhibiteurs de tyrosine kinase, éradiquer la source de la maladie et guérir le patient. Ces CAR T-cells ciblant IL-1RAP se révèleront sans doute aussi pertinents pour le traitement d’autres hémopathies. Les chercheurs poursuivent leurs investigations en ce sens.

Besançon au carrefour des approches d'immunothérapie innovantes

A Besançon, plusieurs éléments contribuent à créer un environnement particulièrement propice au développement de ces approches d’immunothérapie cellulaire innovante. A commencer par l’expérience historique en thérapie génique de l’équipe Inserm UMR 1098. En effet toujours en collaboration avec le CHU, ces mêmes chercheurs ont ouvert un essai clinique de phase I («Side by CIDe»), utilisant des lymphocytes T du donneur, dans le cadre de l’allogreffe de moelle osseuse, permettant de s’affranchir des traitements  lourds et préventifs des complications post-greffe. A cet expertise, s'ajoute le fait que le service d’hématologie du CHU bénéficie de l’accréditation JACIE.

Besançon dispose pour le reste d'un environnement technologique, scientifique et industriel de premier plan, avec en particulier une plateforme de préparation de médicaments de thérapie innovante de l’EFS-BFC, l’une des rares plateformes académiques françaises du réseau EFS répondant aux normes européennes pour la fabrication de tels médicaments. L'un des moteurs dans ce contexte reste le partenariat étroit qui associe le CHU de Besançon, l’EFS-BFC à l’université de Franche-Comté.

*UMR 1098 Inserm–EFS: Interactions hôte-greffon-tumeur & ingénierie cellulaire et génique


Catégorie : CHU Besançon, Innovation, Recherche -Etude, Cancer, Newsletter 977 - 12/02/2019

Pour plus d’information : CHU Besançon


Les commentaires pour cet article :


Pas de commentaire

Ajouter un commentaire


L’afflux de spams et de messages publicitaires rend obligatoire l’insertion de filtres. Pour que cet espace continue à bien remplir sa fonction de passerelle entre les internautes et les institutions, nous vous invitons à remplir les cadres ci-dessous ainsi que le code qui figure dans l'image avant de nous transmettre votre commentaire. Merci de votre compréhension.



*



*

*



*


* - champ obligatoire

Voir les règles de l'espace réaction

newsletter la carte des CHU

Welcome to France University Hospitals

Se faire soigner dans un CHU de France

reseau-chu international

32 établissements de pointe
vous accueillent

picto reseau-chu international

Les rendez-vous santé

  • 28 juin - 2 juillet : journées nationales d'information et de dépistage de la Dégénérescence maculaire liée à l'âge
  • 2 juillet : journée mondiale de lutte contre la tuberculose
  • 1 août - 8 août : semaine mondiale de l'allaitement maternel
  • 10 septembre : journée mondiale de prévention suicide
  • 11 septembre : journée mondiale des premiers secours
Voir toutes les dates ...
1ère mondiales médicales les chu en 2020 culture et sante La communication des CHU Article les plus lus publications de reseau-chu offre emploi dans le médicale soumettre un article

Mis à jour le :  27-06-2019