Carcinoses péritonéales : nouveau traitement associant chirurgie et chimiothérapie à ventre fermé

Reconnu centre expert national de référence des tumeurs rares du péritoine (RENAPE), le service de chirurgie générale, digestive et endocrinienne du centre hospitalier Lyon-Sud EST a développé un traitement novateur pour lutter contre les carcinoses péritonéales. Ce protocole associe une chirurgie (destinée à supprimer toute la maladie visible) et une chimiothérapie hyperthermique intra péritonéale (CHIP)*, dont le but est de détruire la maladie invisible. Centre de référence international pour cette prise en charge, le service a, depuis 1989, traité plus de 800 patients selon cette méthode. 150 spécialistes « chipeurs » venus de toute la France...

Reconnu centre expert national de référence des tumeurs rares du péritoine (RENAPE), le service de chirurgie générale, digestive et endocrinienne du centre hospitalier Lyon-Sud EST  a développé un traitement novateur pour lutter contre les carcinoses péritonéales. Ce protocole associe une chirurgie (destinée à supprimer toute la maladie visible) et une chimiothérapie hyperthermique intra péritonéale (CHIP)*, dont le but est de détruire la maladie invisible. Centre de référence international pour cette prise en charge, le service a, depuis 1989, traité plus de 800 patients selon cette méthode. 150 spécialistes « chipeurs » venus de toute la France se sont retrouvés le 25  mai 2012 au CHLS pour partager leurs expériences et faire le point sur les traitements, leurs résultats et les nouvelles pistes, à l’occasion de la « 6ème journée du traitement des carcinoses péritonéales par chirurgie et chimiothérapie intra-péritonéales ».
Pour éviter les pertes de chance, les patients doivent être évalués par un centre spécialisé dès le diagnostic, sans attendre l’échec de plusieurs traitements palliatifs.
 
« Les carcinoses péritonéales ont longtemps été considérées comme un stade terminal », explique le Pr Olivier Glehen, chirurgien digestif au Centre Hospitalier Lyon-Sud (CHLS). « Aujourd’hui, elles ne doivent plus être systématiquement envisagées comme tel : certains malades peuvent bénéficier d’une prise en charge curative. »
La carcinose péritonéale est un envahissement par des tumeurs malignes du péritoine, cette fine membrane qui tapisse la cavité abdominale et l’extérieur des viscères contenus dans l’abdomen. Cette atteinte est le signe d’une dissémination métastatique suite à un cancer de l’appareil digestif (cancers de l’estomac, du colon, du rectum, du pancréas) ou gynécologique. On estime à plus de 6 000 par an le nombre de personnes atteintes en France. Plus rarement, la carcinose péritonéale est primitive. Il s’agit alors d’une maladie rare (150 à 200 cas en France chaque année)..
** La CHIP
La CHIP ou Chimiothérapie Hyperthermique Intra Péritonéale consiste à « baigner » toutes les surfaces des organes et les différentes parois présentes dans l’abdomen avec un produit de chimiothérapie dilué dans du soluté. Le produit est chauffé pour obtenir une température comprise entre 42 et 43° dans la cavité abdominale (hyperthermie). L’action combinée de la chaleur et de la chimiothérapie détruit les cellules tumorales microscopiques. Cette technique permet de détruire les cellules tumorales par action directe, d’augmenter la pénétration de la chimiothérapie dans les tissus et d’améliorer son effet : elle expose les sites tumoraux à des concentrations élevées de chimiothérapie qu’il serait impossible d’atteindre par voie intraveineuse pour des raisons de toxicité. A Lyon, la technique est « à ventre fermé ». Cela signifie qu’après avoir terminé la chirurgie, le chirurgien met en place des drains (d’entrée et de sortie) et referme la paroi abdominale. Les drains sont ensuite raccordés à une machine permettant de diffuser et faire circuler le produit de chimiothérapie dans le ventre. Cette technique a été développée en Europe par le Pr François-Noël Gilly (HCL), pionnier de la CHIP, qui a réalisé la 1ère procédure en Europe en 1989. 
La Frace est leader dans la prise en charge des carcinoses péritonéales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.