Cardio. : 1 000ème valve aortique par voie transcathéter percutanée posée à Rennes

Le TAVI ou "Transcatheter Aortic Valve Implantation" est une technique de traitement du rétrécissement aortique calcifié de la personne âgée. Mis au point par le Pr Alain Cribier, cardiologue interventionnel au CHU de Rouen, ce protocole permet d’implanter une nouvelle valve en évitant l’intervention chirurgicale « à cœur ouvert ». En 2009, le CHU de Rennes réalisait sa 1ère implantation de valve aortique par voie transcathéter percutanée. En juillet 2017, il célèbre sa 1 000ème TAVI et s'impose comme l’un des centres experts de l'hexagone.
Le TAVI ou "Transcatheter Aortic Valve Implantation" est une technique de traitement du rétrécissement aortique calcifié de la personne âgée. Mis au point par le Pr Alain Cribier, cardiologue interventionnel au CHU de Rouen, ce protocole permet d’implanter une nouvelle valve en évitant l’intervention chirurgicale « à cœur ouvert ».  En 2009, le CHU de Rennes réalisait sa 1ère  implantation de valve aortique par voie transcathéter percutanée. En juillet 2017, il célèbre sa 1 000ème TAVI et s’impose comme l’un des centres experts de l’hexagone.
Une activité croissante en cardiologie interventionnelle 
A Rennes, 80 % des procédures sont désormais réalisées par voie strictement percutanée sous anesthésie locale par voie fémorale. Les autres sont effectuées par mini voies chirurgicales en collaboration avec le service de chirurgie cardiaque. 
Une procédure particulièrement adaptée aux patients à risque
L’implantation d’une valve par voie artérielle est discutée lorsque la chirurgie conventionnelle de remplacement valvulaire aortique n’est pas possible ou lorsque le risque opératoire est jugé trop élevé (patient âgé avec souvent plusieurs maladies associées comme une insuffisance respiratoire sévère). La procédure a lieu dans une salle de cathétérisme interventionnelle ou dans une salle « hybride » (bloc opératoire équipé d’une installation de cardiologie interventionnelle). Sans ouvrir le thorax et sans incision chirurgicale, la valve calcifiée est remplacée par une nouvelle valve qui, montée sur un cathéter, est introduite par les artères périphériques, le plus souvent l’artère fémorale. Le cathéter est introduit dans l’artère et monté tout au long de l’aorte jusqu’à arriver en regard de la valve calcifiée. La position de la nouvelle valve sera ajustée, puis la valve mise en place. 
Plusieurs opérateurs interviennent : cardiologues interventionnels, chirurgiens, anesthésiste. Au décours de la procédure, le patient peut être surveillé 24 à 72 heures en Unité de Soins Intensifs de Cardiologie lorsque nécessaire. La durée de l’hospitalisation peut être courte, de l’ordre de 4 à 5 jours. 
Une reconnaissance nationale et internationale 
« Parfaitement maîtrisée par ses équipes, le CHU de Rennes s’est imposé comme l’un des centres les plus importants à pratiquer le TAVI ou Transcatheter Aortic Valve Implantation » précise le Professeur Le Breton, cardiologue interventionnel et coordonnateur national du registre des bioprothèses valvulaires aortiques implantées par cathéter (France TAVI).
L’expertise française vient par ailleurs d’être renforcée par une publication dans le Journal of American College of Cardiology, édition du 4 Juillet avec 4 auteurs rennais (le Professeur Le Breton et les docteurs Vincent Auffret et Dominique Boulmier, tous trois cardiologues interventionnels, et le professeur Jean-Philippe Verhoye, chef du service de chirurgie thoracique, cardiaque et vasculaire. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.